Lena Wilder carnet 1, sauvage - Johan Heliot

Lena Wilder, carnet 1 : sauvage – Johan Heliot – #PLIB2018

Lena Wilder carnet 1, sauvage - Johan Heliot

Carnet 1 : sauvage est le premier tome du diptyque Lena Wilder, de Johan Heliot. Il a été publié en mars 2017 aux éditions Lynks. Le deuxième tome vient de paraître le 12 juin. D’ailleurs, si vous n’avez pas encore lu ce tome 1, n’allez pas lire la quatrième de couverture du 2 !!!

Résumé :

Ballottée d’un bout à l’autre des Etats-Unis depuis sa plus tendre enfance, Lena fuit. Quoi ? Lena l’ignore, puisque sa mère n’a jamais voulu le lui dire. Jusqu’au jour où elles débarquent à Arkhoon, sa prison, ses abattoirs, patelin paumé au milieu de nulle part. Pendant que sa mère découpe des quartiers de viande avec la majorité des autres ouvriers de la ville, Lena tente de s’intégrer à son nouveau lycée. C’est sans compter ses fringales, sa soudaine puberté, et l’éveil de sa nature profonde. Un éveil qui la mènera sur les traces de son père et le mystère de ses origines. Un éveil qui la confrontera aux Démarcheurs, prêts à tout pour éradiquer ceux de son espèce et à la terrible Horde, menée par l’ennemi juré de son père. Et puis, il y a Gerry, qui fait battre son cœur et dont son instinct hurle de se méfier…

Avis :

Ce roman est le premier tome d’une duologie, dont le deuxième titre vient de sortir. Vous pouvez donc vous lancer sans sa lecture sans risquer de frustration en attendant la suite et fin^^

J’avais très envie de découvrir ce nouveau titre de Johan Heliot quand je l’ai vu passer l’an dernier, dans la présélection du PLIB2018 notamment, mais j’ai manqué de temps. Et puis il s’est noyé dans ma wish-list… jusqu’à ce que je le vois apparaître dans les propositions de service de presse des éditions Lynks. Ni une ni deux, j’ai foncé, et ma demande a été rapidement approuvée. J’étais aux anges.

Ça a été une bonne lecture, très bonne même, bien que le coup de cœur dont je rêvais n’a pas eu lieu. Mais commençons par le commencement. Johan Heliot a choisi de faire de Lena sa narratrice, et c’est sans doute ce qui a coincé pour moi. Car au lieu de créer une empathie permanente avec la jeune femme, être dans sa tête m’a par moments donné envie de la claquer. C’est gênant, mais ses hormones en ébullition m’ont quelques fois fait lever les yeux au ciel… et le beau gosse dangereux qui sort de prison et dont toutes les filles du lycée rêvent mais qui n’a d’yeux que pour elle m’a paru, au moins au début, trop manichéen.

Et même si cette relation romantique m’a parfois agacée, j’ai beaucoup apprécié les relations de Lena avec sa mère, qu’elle croit un peu folle au début, et aussi avec son père, ou plutôt son absence de père, et la manière qu’elle a de gérer et digérer les informations qui lui parviennent à son sujet tout au long de l’histoire. C’est un aspect du livre à la fois touchant et crédible je trouve.

J’ai aussi beaucoup aimé la mythologie mise en place par l’auteur. Ces « hommes vrais », dont je vous laisserai découvrir la nature exacte pour ne pas vous gâcher le plaisir, sont très intéressants. A mi-chemin entre plusieurs créatures qu’on voit souvent dans les romans, je ne suis pas spécialiste, mais ceux là, je ne les connaissais pas. Leurs opposants, les « Démarcheurs » font froid dans le dos, par leur similitude avec certains groupes de notre population actuelle… Mais là encore, on est au début du livre dans une stricte opposition, quand l’un dit blanc, l’autre dit noir, ils se détestent et rêvent de s’entre tuer… les choses se révéleront heureusement un peu plus compliquées que ça.

Le fait d’avoir choisi une héroïne est très pertinent par rapport à l’évolution de l’histoire et de la jeune femme. Le parallèle entre ce qui lui arrive et une puberté tardive est bien vu. C’est aussi intéressant et original par rapport à l’intrigue, d’avoir placé une femme au centre d’un univers plutôt masculin et macho. En plus, qui dit puberté, dit adolescence, dit caractère de m…, ce qui rend plus réaliste certaines de ses réactions. De la part d’une femme plus mûre, on aurait trouvé les choses exagérées, voire ridicules parfois, mais d’une ado légèrement perturbée, ça passe crème !

Vous l’aurez compris, j’ai eu peur dans les premières pages de me trouver face à une histoire trop lourde, trop attendue, trop manichéenne, malgré le fait que j’adore le style de Johan Heliot. Mais petit à petit, en avançant, on quitte un monde en noir et blanc pour y intégrer des nuances de gris… Et si je n’ai pas eu le coup de cœur que j’attendais, j’ai beaucoup aimé ma lecture, et l’évolution de l’intrigue me laisse de l’espoir à ce sujet pour le deuxième et dernier tome.

Lynks logo

J’ai reçu ce livre au format papier de la part des éditions Lynks, via la plateforme SimPlement. Je les remercie pour cette confiance renouvelée.

#PLIB2018

#ISBN:9782916323640

Publicités

Une réflexion sur “Lena Wilder, carnet 1 : sauvage – Johan Heliot – #PLIB2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.