Artahe le Dieu Ours - Philippe Ward

Artahe le Dieu ours – Philippe Ward

Artahe le Dieu Ours - Philippe Ward

Artahe le Dieu ours est un thriller fantastique de Philippe Ward, publié en mars 2018 aux éditions Cairn, dans la collection Polar Cairn. Publié en 1997 aux éditions Rivière Blanche, Artahe revient dans une nouvelle version revue et corrigée par l’auteur.

Résumé :

Ce n’est qu’un rêve, murmura-t-il et pourtant la tête qui le fixait était bien réelle. Alors, il comprit, tout était si évident. La terreur disparut aussitôt ; il se sentit détendu.
Deux bras puissants se refermèrent sur lui, il se sentit enveloppé par une fourrure douce et soyeuse qui réchauffa son corps.
Sa dernière pensée fut pour le simple mot que venait de prononcer l’ombre, un mot qu’il n’avait jamais entendu et pourtant qu’il connaissait : Artahe.
Après dix ans passés à Paris, Arnaud revient vivre à Raynat, village pyrénéen moribond. Il retrouve avec émotion Berthe Galy, une vieille femme malade qui a aidé sa grand-mère à l’élever après la mort de ses parents et Cathy, une amie d’enfance qu’un accident a rendu aveugle. Son retour coïncide avec l’apparition d’un mystérieux ours qui ne se contente bientôt plus de massacrer des moutons et s’attaque aux hommes. Ce roman est l’histoire d’un ours, mais un peu particulier, car il s’agit d’ARTAHE, le Dieu-ours.

Avis :

Quand Philippe Ward m’a proposé de recevoir ce titre, j’ai été attirée par le titre, mais aussi par le fait que ce thriller se passe dans les Pyrénées où on connait les tensions liées à la réintroduction des ours bruns… Mêler le thriller à des impératifs écologiques me paraissait très prometteur. J’ai donc accepté sa proposition avec plaisir.

On se trouve donc aux côtés d’Arnaud, qui a tout lâché en région parisienne pour revenir s’installer dans le village de son enfance dans les Pyrénées. Un lieu étrange, où on voue un culte au DIeu ours Artahe. Arnaud va, au fur et à mesure des retrouvailles, découvrir que le village est extrêmement lié aux ours depuis très longtemps. Il y a même eu à une époque une école de dressage d’ours de spectacle…

Vous commencez à me connaître, je suis très curieuse… et j’ai été me renseigner un peu sur les légendes et croyances autour d’un Dieu ours, histoire de voir à quel point se livre était basé sur du concret (à défaut de réel). Sur cette page, Ours en Aspe, j’ai trouvé des informations intéressantes sur la mythologie autour des ours. Je vous en cite quelques extraits : au pays basque et dans les Pyrénées, l’ours est soit l’ancêtre de l’homme, soit un homme sauvage, soit encore un dieu ! Cet anthropomorphisme est très ancien et répandu dans plusieurs endroits du monde.; Pour les Basques, c’est  » Artza  » tandis que les bergers sont  » artzainak « . Mêmes mots pour les frères ennemis. Les deux surveillent les brebis. La racine  » Art  » se retrouve dans le prénom du roi Arthur ou dans les noms des divinités Arthémis, Artehe, Artahe et Artio. Même l’Arctique doit sa dénomination à l’ours. Vous y trouverez aussi d’autres choses très intéressantes, même si je vous conseille de n’y aller qu’après votre lecture, car certaines informations pourraient vous gâcher certains ressorts de l’histoire.

Dans ce roman, on trouve quelques séquences anciennes de l’Histoire, où l’on revient sur des événements ou croyances datant  pour les plus anciens de 7000 av JC, et au fur et à mesure de ces incursions dans le passé, on se rapproche de l’époque actuelle. Ces séquences viennent régulièrement s’insérer dans le récit et nous apportent petit à petit des éclairages sur la situation actuelle. Il n’y a pas à dire, l’auteur maîtrise le rythme de son roman. Il sait prendre le temps de poser les éléments nécessaires sans trop ralentir, mais il sait tout aussi bien accélérer, jusqu’à un rythme endiablé, dans lequel on se laisse emporter.

Ce livre est un page-turner. Impossible à lâcher, tant la tension et l’intrigue sont bien menées. Je suis pour la deuxième fois conquise par la plume de l’auteur, dans un style pourtant radicalement différent du roman précédent.

Philippe Ward, directeur de collection aux éditions Rivière Blanche, est aussi auteur, sous ce pseudo, ainsi que sous son vrai nom, Philippe Laguerre. Il a notamment publié un autre thriller, Manhattan Marylin, aux éditions Critic, dont vous trouverez la chronique par ici.

J’ai reçu ce livre de la part de l’auteur, via la plateforme SimPlement. Merci à lui pour la découverte, et pour la confiance qu’il m’accorde.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.