Le cirque interdit - Célia Flaux

Le cirque interdit – Célia Flaux

Le cirque interdit - Célia Flaux

Le cirque interdit est un roman dystopique de Célia Flaux, paru ce 21 février 2019 aux éditions Scrineo.

Résumé :

Bienvenue au cirque Vazatta !
Approchez sans crainte, venez rire avec nos clowns et admirer nos acrobates !
Le dernier cirque de France vous ouvre ses portes pour un spectacle envoûtant…
Dans un pays gouverné par le Parti Zéro Risque, qui a banni toutes les pratiques jugées dangereuses, Maria décide d’infiltrer la troupe Vazatta.
Sa rencontre avec les artistes et surtout avec Mathieu, acrobate et clown apprenti, va bouleverser ses certitudes…
Jusqu’où faut-il aller au nom de la sécurité ?
Peut-on vivre libre et ne jamais rien risquer ?

Avis :

Quand j’ai reçu le programme Scrineo pour le début d’année, ce roman m’a interpellée par l’univers dans lequel il se déroulait. Je n’ai pas souvent lu de romans se passant dans le milieu du cirque, et j’étais curieuse de voir comment une dystopie serait traitée dans ce monde un peu hors de notre société, une sorte de société parallèle, mystérieuse… Le cirque c’est pour moi déjà un motif de voyage et de rêveries, même si en grandissant je n’apprécie plus tous les cirques.

J’étais donc impatiente et curieuse de commencer ma lecture, d’autant plus que, jolie attention de l’autrice et de l’éditeur, le livre était accompagné d’une dédicace et d’une entrée pour le cirque Vazatta. Le problème c’est que je n’ai à aucun moment accroché avec le personnage de Maria. Je n’ai jamais réussi à comprendre ses motivations, ni ses réactions… Que ce soit concernant sa mission au sein du cirque ou ses relations avec les autres, notamment avec Mathieu.

On est dans ce roman sur une construction de dystopie très classique… Un régime plus ou moins totalitaire s’est installé il y a quinze ans. Ce qui signifie que la plupart des protagonistes ont connu autre chose, même si Maria et Mathieu étaient vraiment jeunes. Pour autant, tout le monde ou presque semble accepter le système mis en place. Si vous portez un bracelet et transmettez vos données de santé à l’Assurance, et que celles-ci sont bonnes, vous payez moins cher de mutuelle. Si vos constantes se dégradent, vos cotisations augmentent et on vous incite à acheter auprès de ladite Assurance des activités ou soins pour améliorer les choses et faire à nouveau baisser le coût d’adhésion.

Dans le même temps, on vous explique que les activités dangereuses sont hors la loi, et donc non assurées par l’Assurance, que les normes de sécurité sont très strictes et que si vous n’êtes pas assuré, vous êtes passible de prison. Pourtant, un cirque survit en France, le cirque Vazatta qui a créé sa propre société d’assurances pour être en règle avec la loi française. Parce que je ne vous ai pas précisé ce point : seule la France est concernée par l’avènement au pouvoir du parti Zéro Risque. Et elle ne semble pas complètement isolée du reste du monde comme souvent les lieux où se déroulent les dystopies.

Je ne peux pas trop vous en dire sur le fond de l’intrigue… mais sachez qu’il y a une histoire de vengeance, des luttes de pouvoir et une romance. Une dystopie assez classique, même si la révolution semble ici loin des préoccupations quotidiennes de la population. Encore qu’on ait assez peu de renseignements sur cette population. Ils semblent très passifs, voire désintéressés de leur sort. J’aurais aimé en savoir plus sur le quotidien imposé aux français, et leurs réactions aux changements des quinze dernières années. Hors on n’a que la version de Maria, biaisée par son allégeance au pouvoir.

Ensuite, et cet aspect m’est personnel, je ne comprends pas comment de jeunes adultes (ici, ou moins jeunes parfois), trouvent le temps de s’embourber dans des histoires d’amour mielleuses, alors qu’à coté ils luttent pour leurs libertés et/ou la vérité. Je dois manquer de romantisme, mais j’ai du mal à imaginer prendre le temps de minauder et tergiverser sur une relation naissante alors que je suis sur la piste des responsables de la mort de mes parents… Après, je ne juge pas les actions des autres, c’est un avis personnel qui fait que je n’ai pas réussi à croire à cette romance, et que je l’ai même par moment trouvée agaçante. J’espérais voir la dystopie au cœur du roman, et c’est pour moi la romance qui prend le dessus.

J’ai par contre beaucoup aimé suivre le quotidien de la vie au sein du cirque Vazatta, l’hommage au grand clown qu’était Achille Zavatta, et à son héritage. J’ai aimé la relation entre Mathieu et son grand-père, fusionnelle et compliquée car ils n’ont pas forcément la même vision de l’avenir. J’ai aimé ce passage de témoin d’une génération à l’autre, qui fait la pérennité du monde circassien. J’ai globalement aimé suivre la vie quotidienne du cirque Vazatta sur les routes de France, les répétitions, spectacles, montages et démontages…

J’ai aussi trouvée intéressante la narration et la mise en page du roman. On alterne les points de vues de Maria et Mathieu, les chapitres étant entrecoupés d’extraits de textes de lois, de journaux, de courriers anciens… qui nous en apprennent plus sur le contexte.

Au bout du compte, cette lecture est une déception pour moi. Dans un contexte pourtant très intéressant, j’aurais aimé aller beaucoup plus loin dans la découverte de l’univers hors cirque, et du contexte global de l’arrivée au pouvoir du parti Zéro Risques. Je suis fatiguée de trouver des romances qui tombent comme un cheveu sur la soupe, comme si c’était obligatoire d’inclure une romance dans un roman adolescent / jeune adulte, alors qu’il y avait tellement plus sur quoi se concentrer… En fait, je suis déçue car j’étais très attirée par l’idée de départ, par l’univers du cirque que je trouvais original, cette dystopie sur le concept de l’élimination des risques, et au bout du compte, je suis restée sur ma faim. Il y a peut-être trop de choses à traiter pour rentrer confortablement dans un livre de 250 pages. J’en attendais tellement plus…

logo scrinéo

J’ai reçu la version papier de ce roman car je fais partie du Club des lecteurs Scrineo pour l’année 2019. Merci à eux pour la confiance.

Logo librairiesindependantes.com

Le lien ci-dessus n’est pas un lien affilié. Il renvoie vers le site librairiesindependantes.com, qui regroupe des librairies indépendantes (comme son nom l’indique^^) de toute la France. A défaut de pouvoir vous déplacer en librairie, en commandant sur ce site, vous soutenez les libraires indépendants.

5 réflexions sur “Le cirque interdit – Célia Flaux

  1. Les Fantasy d'Amanda dit :

    Sans surprise, je rejoins ton avis :). Je ne l’ai évoqué qu’en commentaires, après ma chronique, mais je trouvais dommage que le livre soit si court. La romance prend tellement de place qu’on en oublie l’essentiel au fond : l’enquête de Maria.

    Et, si ça peut te rassurer, moi aussi je dois cruellement manquer de romantisme O:) LOL

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.