Bertram le Baladin - Camille Leboulanger

Bertram le baladin – Camille Leboulanger

Bertram le Baladin - Camille Leboulanger

Bertram le baladin est un roman de Camille Leboulanger paru en novembre 2017 aux éditions Critic, dans leur collection Fantasy.

Résumé :

« L’auberge se tenait au croisement des deux routes les plus fréquentées de la région. C’était une bâtisse basse et longue, dont le toit était enfoncé en son milieu, comme si un géant était venu s’asseoir dessus. » Il y avait un temps où l’on savait écrire, et surtout où l’on savait créer le plus miraculeux des matériaux : le papier. Cependant, le secret de sa fabrication s’est depuis longtemps perdu. Désormais, des centaines de Musiciens parcourent les Terres Hautes, indifférents aux limites des domaines et des fiefs, pour récolter des histoires. Bertram le Baladin, célèbre Musicien de la Guilde, a perdu son luth – ou plutôt, on le lui a dérobé. Bien décidé à le retrouver, il est contraint de s’associer avec une femme, Sans-Nom, témoin du larcin. C’est ainsi que l’étrange duo part en quête du luth, dans un monde où la magie réside dans toutes les histoires : ragots, chansons ou Iégendes.

Avis :

Ce roman fait partie des parutions récentes des éditions Critic que j’avais envie de découvrir, et j’ai profité de la présence de la librairie du même nom à Rue des Livres à Rennes, pour rencontrer son auteur, et lui acheter Bertram. Un jeune auteur fort sympathique, avec qui on a un peu échangé sur l’intrigue de son roman, mais aussi sur la nouvelle qu’il a écrite pour l’anthologie du festival Imajn’ère de cette année, anthologie que je venais de recevoir au format numérique. J’ai fait un jaloux, car lui n’avait pas encore vu la version finale de sa nouvelle, ni l’illustration de Philippe Caza, invité d’honneur du festival, en tête de son texte. Je lui ai donc rapportée le dimanche pour qu’il puisse la découvrir ! Je vous reparlerai de cette anthologie d’ici la fin du mois, car le festival Imajn’ère aura lieu les 28 et 29 avril à Angers.

J’étais très curieuse de découvrir l’univers créé par Camille Leboulanger. Un monde où on a perdu le secret de la fabrication du papier, et ou les nouvelles comme l’Histoire se transmettent exclusivement via les chansons des membres de la Guilde des Musiciens, qui récoltent et colportent tous les événements dont ils sont témoins ou informés tout au long de leurs pérégrinations. Ils les rapportent plus ou moins régulièrement à La Citadelle, où sont formés les futurs membres de La Guilde. La musique a toujours été très importante pour moi, comme véhicule de sentiments et d’événements, moi la grande timide, et de fait ce type d’univers me parle énormément.

Comme d’habitude chez Critic, l’objet livre est très soigné, et la couverture attire et retient le regard. On y trouve beaucoup de choses… même si j’avoue avoir eu du mal à identifier Sans-Nom dans la jeune femme de l’illustration. Je la voyais beaucoup plus grande et de carrure plus imposante. Bertram, lui, est exactement comme je l’imaginais, de même que La Citadelle en fond d’image. Si je voulais pinailler, je dirais que le luth de Bertram est censé avoir six cordes, et qu’il y a dix clés  et quatre cordes sur l’instrument de l’image… Comment ça, personne ne prête attention à ces détails ??? Je vous assure qu’un musicien, si ! Même dilettante comme moi. Surtout quand son instrument de départ est un instrument à corde. Et quand on sait à quel point Bertram est obsédé par son instrument…

Bon, passons au texte, car après tout, c’est l’essentiel du livre. Je l’ai lu très vite, sans voir le temps passer, entraînée par Bertram et Sans-Nom, qui apparemment ne supportent pas le calme, et du coup on une fâcheuse tendance à chercher les emm… à la lampe torche ! On va donc de rebondissements en rebondissements, à la recherche du fameux luth du baladin. Voleurs, assassins, dirigeants, tous intriguent pour plus de richesse et de pouvoir, et nos héros se retrouvent bien souvent entre deux feux, quand ils ne sont pas directement visés. Le rythme de l’intrigue est soutenu, il se passe toujours quelque chose…

Ce roman est aussi plein d’humour. Les personnages sont pour certains assez caricaturaux, mais c’est le fait que les traits soient forcés qui pousse à sourire. Et il faut avouer que Bertram et Sans-Nom forment un duo improbable, ce qui amène des situations croustillantes à souhait, car chacune de ces fortes têtes est persuadée d’avoir toujours raison, et comme ils ne sont quasiment jamais d’accord sur rien, les dialoguent valent leur pesant d’or.

Au fur et à mesure qu’ils progressent dans leur quête, leur cohabitation forcée fera évoluer leurs relations, sans jamais pour autant qu’elle devienne ennuyeuse ou sans relief. Faut pas pousser quand même…

J’ai passé un très bon moment de lecture, et je suis ravie d’avoir découvert la plume et l’univers de Camille Leboulanger, dont c’est seulement le deuxième roman, et qui promet de belles aventures à venir… dans le monde de Bertram ? On verra ce qu’il décidera, mais pourquoi pas…

3 réflexions sur “Bertram le baladin – Camille Leboulanger

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.