Au-delà de l’horizon et autres nouvelles – Franck Thilliez

Au-delà de l’horizon et autres nouvelles est, comme son nom l’indique un recueil de nouvelles de Franck Thilliez, qui est paru en inédit chez Pocket le 2 janvier dernier. Une découverte de l’auteur dans l’exercice de la nouvelle, moi qui n’avais lu de lui que du Sharko et Hennebelle…

Résumé :

Voilà quelques mois que Marc, un exobiologiste français, a intégré la mission Acheron II aux côtés de cinq autres scientifiques internationaux. Leur but ? Étudier la possibilité d’une vie en autosuffisance sur Mars. Ils ne peuvent compter que sur leur ingéniosité, leur bon sens et leur intelligence pour mener à bien leur mission. Mais très vite, ils se sentent observés et perdent peu à peu le fil de la raison…

Bienvenue dans l’univers de Franck Thilliez au pays des énigmes, du double, de l’anticipation, de la science et de la machination…

Avis :

On trouve dans ce recueil douze nouvelles de différentes longueurs, et de différents genres… de la science fiction d’anticipation, du fantastique… Avec toutes un point commun, leurs protagonistes sont en déséquilibre, en perte de repères et de liens avec le réel, au portes de la folie. Comme dans tout recueil de nouvelles, j’en ai aimé certaines, d’autres moins, mais j’ai dans l’ensemble passé un bon moment de lecture. Même si les thèmes et ressorts scénaristiques sont très classiques, et que j’ai plus d’une fois très vite deviné la chute, on ne peut pas enlever à l’auteur la qualité de son style et sa capacité à retenir l’attention du lecteur.

Au-delà de l’horizon. C’est la plus longue des nouvelles de l’ouvrage. On y rencontre des scientifiques enfermés dans un dôme quelque part sur Terre qui teste les conditions d’une mission de longue durée sur Mars. Tiendront-ils un an à six en huis clos ? Pourquoi la NASA, responsable du projet, leur cache-t-elle des informations, à commencer par le lieu où ils se trouvent ? Une anticipation intéressante où la paranoïa est de mise…

📖 découvrir un extrait

Hostiles. Une jeune femme tombe en panne au milieu de nulle part. Elle est prise en stop par un homme qui conduit la seule voiture qu’elle a vu passer en plusieurs heures. Quelque chose percute la voiture et ils se retrouvent au fond d’un ravin, coincés dans la carcasse. Pourquoi ? Qu’est-ce qui les a percutés ? Quelqu’un viendra-t-il à leur secours? Un récit où l’angoisse monte, et où la aussi la paranoïa a toute sa place. J’ai aimé découvrir peu à peu les protagonistes et chercher avec Léa ce qui s’est passé. C’est une histoire qui se lit d’une traite, tant on a besoin de connaître la fin.

Charybde et Scylla. John Doe a deux vies. Une avec sa femme et ses enfants, dans un confort matériel assuré par la deuxième, dans laquelle il incarne, au sens propre du terme un personnage récurrent dans un roman. Car à Charybde, les auteurs ont des « acteurs » qui leurs obéissent au doigt et à l’œil pour écrire leurs intrigues. Que se passe-t-il réellement dans cette deuxième vie, et quelles sont ses répercussions dans la première ? Une histoire au contexte original, mais avec une chute trop prévisible à mon goût.

Gabrielle. Gabrielle et Pierre passent une partie de l’année dans un campement au milieu des ours, à les observer pendant qu’ils pêchent le saumon avant l’hibernation. Une année, pas de saumon à l’horizon… Que va-t-il se passer ? Une fois de plus la folie est au cœur de l’histoire, mais elle n’est pas forcément là où on l’attend.

Sopor. Un exercice d’écriture impressionnant. Comme dans La disparition de Pérec, Franck Thilliez ôte petit à petit des lettres de son texte. Une d’abord, puis deux, puis trois… Même si j’ai trouvé le tout un peu trop redondant, la performance stylistique est bien là, et cette fois-ci, je n’avais pas vu la chute arriver…

Double Je, en quête de corps. J’ai été déçue de cette histoire, car le titre en dit trop et de ce fait la chute est bien trop évidente. Le thème était pourtant intéressant, et avec un autre titre j’aurais plus cherché à comprendre ce qui se passait. Dommage.

Ouroboros. Un Ouroboros est un dragon ou un serpent qui se mort la queue. Là encore, le titre en dit beaucoup sur la chute de l’intrigue, même si cette fois-ci la construction fait que je me suis posé des questions plus longtemps, et ai de fait pris plus de plaisir à ma lecture.

Lasthénie. Une femme au groupe sanguin particulièrement rare se retrouve à plusieurs reprises gravement anémiée et a besoin de transfusions. Rapidement, le sang compatible manque et il faut trouver un donneur compatible. Une course contre la montre s’engage pour le trouver, mais surtout pour comprendre les raisons de la maladie et interrompre ce cercle infernal. Du suspense, de la tension, une intrigue habilement menée, cette nouvelle avait tout pour me plaire. Sans compter la fin inattendue, bien qu’un peu tirée par les cheveux.

La croisée des chemins. Dans une cabane au fond d’un bois, un enfant vit prisonnier d’un homme. Qui ? Pourquoi ? Quel avenir pour cet enfant ? Là aussi la tension monte au fur et à mesure qu’on découvre les personnages et les raisons de ce rapt. Une de mes nouvelles préférées, un peu courte à mon goût.

Un dernier tour. Un policier amnésique depuis un récent accident se retrouve confronté à des meurtres dont il sent qu’il sait quelque chose. Des collègues qui ne peuvent l’aider car il est arrivé seulement trois ans auparavant et n’a jamais parlé de son passé ni de sa vie privée. Pour tout souvenir, une photo d’un jeune homme et deux balles. Pourquoi a-t-il choisi de sauver ces objets ? Quel est le lien entre les cadavres ? Une intrigue un peu trop lisible, mais bien menée.

Origines. Le temps biologique est-il le même que le temps historique ? Marie raconte son histoire et celle de l’humanité, bouleversée par le passage à l’an 2000. Une sorte de Benjamin Button à grande échelle, qui pose des question intéressantes, et est racontée de manière touchante à travers la voix de la doyenne de l’humanité.

Le grand voyage. Une histoire très étrange dont j’ai eu du mal à comprendre les tenants et aboutissants. Une fois de plus l’humanité vit des moments angoissants. J’ai aimé le cœur de la nouvelle, mais j’ai trouvé le début et la fin superflus.

Conclusion. Même si j’ai trouvé que trop d’intrigues étaient tellement classiques qu’on en attendait la chute de manière trop évidente, je ne peux qu’admettre que Franck Thilliez maîtrise la tension et le suspense de très habile manière. A tel point que je n’ai jamais décroché, même quand les histoires me paraissaient vraiment téléphonées.

J’ai reçu la version papier de ce livre dans le cadre d’un partenariat avec les éditions Pocket. Merci à eux pour la confiance.

Logo librairiesindependantes.com

Le lien ci-dessus n’est pas un lien affilié. Il renvoie vers le site librairiesindependantes.com, qui regroupe des librairies indépendantes (comme son nom l’indique^^) de toute la France. A défaut de pouvoir vous déplacer en librairie, en commandant sur ce site, vous soutenez les libraires indépendants.

Une réflexion sur “Au-delà de l’horizon et autres nouvelles – Franck Thilliez

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.