Là-bas tout ira bien - Pascale Perrier et Sylvie Baussier

Là-bas tout ira bien – Pascale Perrier et Sylvie Baussier

Là-bas tout ira bien - Pascale Perrier et Sylvie Baussier

Là-bas tout ira bien est un roman d’anticipation de Pascale Perrier et Sylvie Baussier, paru ce 9 mai 2019 aux éditions Scrineo. Une histoire glaçante de réalisme, qui remet en perspective la crise migratoire actuelle. A peine sorti, il est déjà sélectionné pour le Prix des Haliennales 2019.

Résumé :

2030. En France, une terrible crise économique ravage le pays. Il n’y a plus de travail, à peine de quoi manger.
Comme la plupart des habitants avant eux, Iza, Erwan et leurs parents empilent quelques affaires dans leur voiture et partent. Léon, lui, quitte seul la ferme où il a grandi. Dès qu’il sera arrivé, il enverra de l’argent à sa famille. Il a promis.
Les voilà sur la route, loin de la vie qu’ils ont toujours connue. On dit que là-bas, 4 000 kilomètres plus au nord, un avenir meilleur les attend.
Dans un monde où avancer devient un combat de chaque instant, une question les taraude : est-ce que là-bas, tout ira bien ?

Avis :

Un livre traitant de la crise migratoire actuelle, sous couvert de roman d’anticipation, le tout à destination des adolescents, vous commencez à me connaître, ça ne pouvait que titiller ma curiosité ! C’est un des premiers titres sur lesquels j’ai flashé dans le programme de publication de printemps de Scrineo quand je l’ai reçu. Avec le nouveau roman de Floriane Soulas, mais on en reparlera bientôt…

Ce n’est pas le premier roman « commis » par le duo d’autrices Pascale Perrier et Sylvie Baussier. Même si elles écrivent aussi beaucoup chacune de leur côté, elles ont déjà publié au moins six romans en duo. Et de ce que je découvre dans Là-bas tout ira bien, ça leur réussit plutôt bien. Je serais curieuse de savoir comment elles travaillent, si c’est à quatre mains du début à la fin, si chacune se concentre sur les trajectoires d’un ou des personnages principaux… En effet, deux types de narration alternent dans le récit. Iza parle à la première personne, on fait le chemin dans sa tête, alors que quand il s’agit de Léon, on prend un peu de distance avec un narrateur externe. D’où mon questionnement : chacune des autrices a-t-elle pris en charge une des narrations ? Et si oui, comment se sont fait les aller/retours de textes ? Vous l’aurez compris, c’est avec plaisir que je poserais quelques questions aux autrices si l’occasion se présentait !

Je parlais en introduction d’une histoire glaçante de réalisme : 2030 c’est à la fois très proche, et très loin j’imagine dans la tête des adolescents à qui sont destinés ce roman. Il est proposé à partir de 14 ans, mais sa lecture a passionné l’adulte que je suis. Ce que je reproche souvent aux romans ado, à savoir la mièvrerie des romances, qui souvent prennent le pas sur l’intrigue principale, voire la rende inepte, n’a pas sa place ici. On est dans le quotidien de Iza, Léon et Erwan. Des ampoules aux pieds, ou les pieds dans la boue, suivant les jours, quand ce n’est pas les deux. Ils sont sur la route, ils sont sales, ils puent, et leur bonheur c’est de l’eau et un tee-shirt propre, et quelque chose à manger. Pas de trouver l’amour de leur vie ! Pour autant, les sentiments sont à vif dans ce road-trip de l’enfer, tout le monde est à fleur de peau, et peut exploser à tout moment. La tension est palpable, à tel point que j’ai lu ce livre d’une traite, je n’ai pas pu le fermer avant de savoir ce qui allait advenir de Iza, Léon et Erwan.

Si les témoignages quasi-quotidiens de migrants dans les journaux, sur internet, dans des documentaires, touchent l’adulte que je suis, j’ai hélas pu remarquer que bien des jeunes ne se sentent pas concernés du tout, devant ces enfants / femmes / hommes dont l’histoire et les origines leurs semblent si éloignés des leurs. C’est un tour de force, et un pari réussi des autrices que de transposer cette crise migratoire actuelle dans une crise équivalente, mais où les protagonistes principaux sont des adolescents français. De voir comment des vies quotidiennes qui, pour la peine, sont proches de celles des lecteurs potentiels, peuvent être bouleversées du jour au lendemain. Il suffit souvent de pas grand chose pour faire basculer un quotidien, on a peut-être un peu trop tendance à l’oublier dans nos cocons privilégiés. Oui je dis nous, car même si au quotidien, la plupart d’entre nous rencontre des difficultés plus ou moins grandes, j’imagine que la grande majorité des lecteurs de cette chronique ont un toit au dessus de la tête et à manger dans leurs assiettes. Et si ça a pu paraître anecdotique aux ados du roman par le passé, ces simples éléments de notre vie quotidienne feraient leur bonheur après quelques chapitres à peine. Cette histoire est à même de toucher une grande majorité de ses lecteurs/lectrices, et c’est une très bonne chose. Et même s’il faut passer par ce genre « d’artifices » pour toucher les jeunes (et moins jeunes) occidentaux d’aujourd’hui., l’essentiel c’est que le message passe.

Là-bas tout ira bien est une lecture prenante, qui questionne la problématique des crises migratoire et notre façon d’accueillir l’autre. C’est un roman qui bouleverse notre vision des choses, qui les remet en perspective, et c’est très bien. Car, et si, demain, c’était notre tour ?

Plongez sans hésiter dans ce roman qui s’est révélé être un vrai bon page-turner, mais n’oubliez pas que la vie des migrants est dure, rude, et que tous n’arrivent pas forcément au bout du voyage. Installez-vous confortablement, pendant que vous le pouvez encore, et préparez-vous à prendre une claque ! Merci aux autrices d’avoir écrit ce roman important, et à Scrineo de l’avoir publié.

logo scrinéo

J’ai reçu la version papier de ce livre dans le cadre de ma participation au Club des lecteurs Scrineo pour l’année 2019. Merci à eux pour la confiance.

Logo librairiesindependantes.com

Le lien ci-dessus n’est pas un lien affilié. Il renvoie vers le site librairiesindependantes.com, qui regroupe des librairies indépendantes (comme son nom l’indique^^) de toute la France. A défaut de pouvoir vous déplacer en librairie, en commandant sur ce site, vous soutenez les libraires indépendants.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.