Lake ephemeral - Anya Allyn

Lake Ephemeral – Anya Allyn – #plib2018

Lake Ephemeral est un roman de Anya Allyn, traduit par Vincent Tassy, et publié aux éditions Le Chat Noir en février 2017. Il fait partie de la présélection du #PLIB2018.

Résumé :

Sera, onze ans, a vécu toute son enfance dans un orphelinat. Mais sa vie prend un nouveau tournant lorsqu’elle découvre que sa mère biologique est bel et bien en vie et à sa recherche. Conduite à Lake Ephemeral, un domaine résidentiel isolé, pour l’y rencontrer, la jeune ado découvre une communauté en marge du monde. Là, les enfants sont libres de vivre pleinement jeux et aventures au quotidien dans ce paradis naturel. Mais bien vite, d’étranges détails troublent Sera : on lui refuse toute entrevue avec sa mère malade, les cinq autres jeunes qui cohabitent avec elle ne connaissent rien du monde ni de leurs premières années. Et si l’imposante clôture électrique qui délimite le domaine est bien installée pour les protéger de l’extérieur, pourquoi le terrain est-il infesté de plantes carnivores mortelles ? Dans les profondeurs du Lac Éphémère, Sera parviendra-t-elle à percer les secrets des sept manoirs ? Parviendra-t-elle à s’échapper ?

Avis :

Anya Allyn est un autrice australienne, la première traduction des éditions Le Chat Noir, il me semble. Et c’est Vincent Tassy, auteur « phare » de la maison d’édition, qui a assuré cette traduction.

Passé un léger temps d’adaptation par rapport aux saisons, l’action se déroulant en Australie, ce qui fait qu’hiver et été sont inversés, la lecture s’est faite facilement. La plume est simple, fluide, plutôt agréable.

C’est un livre qu’on a du mal à poser, une fois qu’on est dedans, car l’intrigue est bien menée, avec juste ce qu’il faut de révélations à un rythme assez soutenu et régulier pour maintenir en haleine. On se laisse facilement prendre au jeu, pour peu qu’on ai admit dès le départ qu’on se trouve dans de la littérature ado.

C’est d’ailleurs pour moi comme trop souvent dans ce genre de romans le caractère des personnages qui coince. Les premiers émois sont trop caricaturaux à mon goût. Et les jeunes sont trop stéréotypés…

J’ai cependant apprécié la présence d’adultes, ce qui est loin d’être toujours le cas, même si ici, ils ne sont pas spécialement des exemples pour les jeunes. Concernant l’intrigue, assez peu de surprises, et quelques facilités scénaristiques m’ont posé problème (on tombe toujours sur la bonne personne au bon moment, par exemple).

La couverture de Miesis et le travail éditorial sont très beaux, et, comme les autres titres de chez Le Chat Noir que j’ai eu entre les mains, c’est un bel objet livre. Un chouette cadeau à faire à un.e ado.

Lake Ephemeral a été dans l’ensemble une lecture plutôt agréable, mais ce roman est pour moi très clairement identifié « ado », quand d’autres peuvent être plus inter-générationnels.

Ce roman fait partie de la présélection pour le #PLIB2018. Fera-t-il partie des 7 finalistes ?

#PLIB2018 #ISBN:9782375680292

7 réflexions sur “Lake Ephemeral – Anya Allyn – #plib2018

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.