De pierre et d’os – Bérangère Cournut – #RLN2019

De pierre et d’os est un roman de Bérangère Cournut paru aux éditions Le Tripode le 29 août 2019. Une plongée pleine de poésie au cœur de la culture Inuit.

Résumé :

« Les Inuit sont un peuple de chasseurs nomades se déployant dans l’Arctique depuis un millier d’années. Jusqu’à très récemment, ils n’avaient d’autres ressources à leur survie que les animaux qu’ils chassaient, les pierres laissées libres par la terre gelée, les plantes et les baies poussant au soleil de minuit. Ils partagent leur territoire immense avec nombre d’animaux plus ou moins migrateurs, mais aussi avec les esprits et les éléments. L’eau sous toutes ses formes est leur univers constant, le vent entre dans leurs oreilles et ressort de leurs gorges en souffles rauques. Pour toutes les occasions, ils ont des chants, qu’accompagne parfois le battement des tambours chamaniques. » (note liminaire du roman)

Dans ce monde des confins, une nuit, une fracture de la banquise sépare une jeune femme inuit de sa famille. Uqsuralik se voit livrée à elle-même, plongée dans la pénombre et le froid polaire. Elle n’a d’autre solution pour survivre que d’avancer, trouver un refuge. Commence ainsi pour elle, dans des conditions extrêmes, le chemin d’une quête qui, au-delà des vastitudes de l’espace arctique, va lui révéler son monde intérieur.

Avis :

Cet ouvrage vient d’obtenir le Prix du Roman Fnac 2019, et c’est grandement mérité !!!

J’avais, depuis la sortie de Née contente à Oraibi, envie de découvrir Bérangère Cournut… mais, vous connaissez le refrain, pas pris le temps (version plus honnête de pas le temps^^), trop de lectures tentantes… C’est pourquoi quand j’ai vu que son nouveau roman serait celui mis en avant par Le Tripode à l’occasion de cette rentrée littéraire, je me suis promis de le découvrir. J’ai eu la chance d’avoir l’opportunité de réaliser ce souhait grâce aux éditions Le Tripode, merci à eux pour ce fabuleux voyage !!!

Un petit mot sur l’objet livre avant de se plonger dans son contenu… L’illustration de couverture, signée Juliette Maroni, est non seulement très belle, mais surtout, elle reflète magnifiquement l’ambiance du roman : solitude, nature brute et lumière. Sans oublier la poésie qui en ressort, tout comme du texte. A la fin du livre, on trouve un cahier de photos juste sublimes qui prolongent le roman, et affirment s’il en était besoin que Bérangère Cournut a su retransmettre au plus près l’atmosphère de cette vie dans le grand nord. L’ouvrage se referme sur le chant de la femelle ovibos dans son intégralité, conclusion idéale à ce roman hors du temps.

Hors du temps en effet, parce qu’à aucun moment on ne sait précisément à quelle époque on est (à l’exception de la présence d’un fusil qui empêche de remonter trop loin dans le passé). Ici seules comptent les saisons, qui rythment la vie des Inuits. On se laisse porter par ce magnifique hommage à la nature, cette vie en accord avec les éléments.

Uqsuralik se trouve au début du roman, à cause justement de ces éléments, coupée du monde, et surtout isolée de sa famille. Commence alors un long voyage, une quête initiatique pour cette femme forte dans un monde hostile. Car il n’y a pas que le froid polaire qui lui pose problème. Les hommes ne sont pas forcément plus cléments envers elle, qui ose chasser mieux que nombre d’entre eux, et vivre de manière autonome, sans forcément se lier à un homme… On suit sa vie, de jeune adulte, presque enfant encore, à la maturité. Un cycle de vie comme un rappel au cycle des saisons qui est si présent dans son quotidien.

Je parlais de quête initiatique, car au-delà d’apprendre la survie, elle va aussi découvrir les légendes de son peuple, et la connexion à la nature et aux générations précédentes. On se laisse alors emporter aux limites du réel, dans un monde onirique parfois merveilleux, parfois cruel, comme un rappel du monde réel.

C’est Uqsuralik qui nous raconte son histoire, et l’on découvre à ses côtés la vie austère dans le grand nord et les dures réalités de sa culture… Son histoire alterne avec les textes des chansons auxquelles elle fait référence, qui rythment la vie des familles comme les saisons. On la voit grandir à travers le texte, sa manière de voir la vie, tout comme sa façon de l’exprimer, évolution toute en subtilité, au rythme de la croissance de notre héroïne.

Vous aurez pu le remarquer, le mot rythme revient souvent dans les paragraphes ci-dessus, car c’est pour moi un élément principal de ce texte. Ce rythme hors du temps qui donne sa musicalité à ce roman plein de poésie. J’ai pris plaisir à en lire des passages à voix haute, et pas uniquement les textes de chansons. Les passages narratifs de la voix d’Uqsuralik sont tout aussi emprunts de poésie.

De pierre et d’os est une quête initiatique, celle d’une femme non seulement dans un monde d’hommes, mais surtout dans une nature hostile. Une femme forte, ancrée dans sa culture et son héritage, en toute conscience et sans accepter ce qui lui paraît anormal, peu importe si ça l’isole des autres. Il émane de ce roman une poésie et une musicalité incroyable, au rythme des saisons et de la vie du peuple Inuit. C’est un bel hommage à ce peuple, à l’avenir et l’héritage menacés par l’avidité des hommes « civilisés ».

De pierre et d’os a été non seulement un magnifique coup de cœur, mais aussi un coup au cœur. Merci Bérangère Cournut de m’avoir embarquée aux côtés d’Uqsuralik, de m’avoir bercée au rythme de la nature, même si celle-ci peut se montrer cruelle par moments. Merci d’avoir montré qu’on peut vivre avec la nature, et pas seulement en luttant contre elle.

logo le tripode

J’ai reçu la version papier de ce livre de la part des éditions Le Tripode. Merci à eux pour la confiance.

Logo librairiesindependantes.com

Le lien ci-dessus n’est pas un lien affilié. Il renvoie vers le site librairiesindependantes.com, qui regroupe des librairies indépendantes (comme son nom l’indique^^) de toute la France. A défaut de pouvoir vous déplacer en librairie, en commandant sur ce site, vous soutenez les libraires indépendants.

4 réflexions sur “De pierre et d’os – Bérangère Cournut – #RLN2019

Répondre à Mélie et les Livres Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.