Les âmes silencieuses - Mélanie Guyard

Les âmes silencieuses – Mélanie Guyard

Les âmes silencieuses - Mélanie Guyard

Les âmes silencieuses est le premier roman de littérature générale adulte de Mélanie Guyard. Il est paru aux éditions du Seuil le 2 mai 2019. Je suis sous le charme de cette histoire.

Résumé :

1942. Héloïse Portevin a tout juste vingt ans lorsqu’un détachement allemand s’installe dans son village. Avides d’exploits, son frère et ses amis déclenchent un terrible conflit. Pour aider ceux qu’elle aime, Héloïse prend alors une décision aux lourdes conséquences…
2012. Loïc Portevin est envoyé par sa mère au fin fond du Berry pour y vider la maison familiale après le décès de sa grand-mère. Loïc tombe sur une importante correspondance entre cette dernière et un dénommé J. Commence pour lui une minutieuse enquête visant à retrouver l’auteur des lettres.
Entre secrets de famille et non-dits, Loïc et Héloïse font chacun face aux conséquences de leurs décisions, pour le meilleur… et pour le pire.

Avis :

Pour la sortie de son roman, Mélanie a organisé sur sa page Facebook un concours, où j’ai eu la chance de gagner un exemplaire dédicacé. J’étais aux anges car on avait pas mal parlé de ce livre lors de l’interview que j’avais fait d’elle aux Utopiales en novembre dernier (l’interview par ici). Car si Les âmes silencieuses est son premier roman de littérature blanche, Mélanie a déjà commis, sous le pseudonyme d’Andoryss, ou de Mel Andoryss, de nombreux scénarios de bandes-dessinées ainsi que des romans : l’Architective et Le passageur (ma chronique) dont le tome deux est sorti tout récemment.

Je suis en général plutôt bonne cliente des romans historiques qui naviguent entre deux époques. J’aime la mise en perspective des événements anciens que cela permet. Et ici, la perspective est particulièrement frappante… même avec mon regard de 2019, j’ai mis très longtemps à voir où Mélanie voulait nous emmener. Le souci, comme je ne veux absolument pas vous mettre sur la voie de ce secret de famille, c’est que je dois vous parler de ce roman sans trop vous en dire sur l’intrigue !

Elle se déroule sur deux temps, entre la fin de la deuxième guerre mondiale et 70 ans plus tard, donc récemment. En 2012, Loïc est au fond du trou. Divorcé, il a perdu son boulot pour avoir frappé l’amant de sa femme, et se trouve contraint de rencontrer un psy chaque semaine. Rendez-vous pendant lesquels il s’escrime à se persuader (et à persuader son psy) qu’il n’y a rien dans son passé qui puisse expliquer son présent. Il est donc seul, sans emploi, et est retourné vivre chez sa mère avec son frère. Sa mère dont on apprend qu’elle n’a ni conjoint(e) ni père, la grand-mère de Loïc ayant toujours refusé de donner son nom…

Quand Loïc se retrouve obligé par sa mère (il subit sa vie de toutes les manières possibles) d’aller vider la maison de sa grand-mère décédée et qu’il découvre un tas de courriers signés J. et une photo, il décide de mener l’enquête, se mettant en tête que retrouver ce J. résoudra ses problèmes actuels. Le voici donc au fin fond du Berry, dans un village qui semble être hostile à sa famille, à fouiller dans le passé avec l’aide d’une policière en congés, Mathilde.

En parallèle, on découvre la vie d’Héloïse (la grand-mère de Loïc) de 1943 jusqu’à la fin de la guerre, de l’arrivée des allemands dans le village où ils s’installent pour un temps, jusqu’à après leur départ. On découvrira pourquoi les villageois les plus âgés ont tellement de haine à son égard quand Loïc évoque sa grand-mère. Ça, et tellement plus…

Par où commencer ? déjà, les personnages ! Ils ont chacun leurs fêlures, sont très « humains » dans leurs actions et réactions. Je veux dire par là que parfois ils prennent des décisions délicates, difficiles, peu consensuelles et que, d’une manière ou d’une autre, ils ressemblent aux lecteur.ice.s que nous sommes, dans notre immense diversité. C’est une des grandes forces de ce roman, la possibilité que nous laisse l’autrice de nous identifier à l’un ou l’autre des personnages, tout comme la possibilité pour ses personnages de commettre des erreurs, ou pas d’ailleurs, tout est question de point de vue.

La chose qui me rebute le plus dans les romans historiques, c’est le côté fleur bleue très (trop ?) souvent présent. Pas de ça ici. Si Mélanie Guyard explore les sentiments de ses personnages, ce n’est jamais fleur bleue, mais souvent au contraire âpre, compliqué, comme peut l’être la « vraie » vie.

Les âmes silencieuses est un roman époustouflant. Il m’a transportée à travers les générations de cette famille peu commune. Vous n’y trouverez pas de bluettes faciles, mais des histoires de femmes et d’hommes « normaux », confrontés à des situations peu communes. Et ce secret de famille !!! Je ne l’ai pas vu venir avant au moins les deux tiers du livre, et à ce moment là, je me suis dit « OK, elle a osé, c’est génial^^ »

Logo librairiesindependantes.com

Le lien ci-dessus n’est pas un lien affilié. Il renvoie vers le site librairiesindependantes.com, qui regroupe des librairies indépendantes (comme son nom l’indique^^) de toute la France. A défaut de pouvoir vous déplacer en librairie, en commandant sur ce site, vous soutenez les libraires indépendants.

2 réflexions sur “Les âmes silencieuses – Mélanie Guyard

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.