A la découverte de la littérature québécoise

J’ai passé la quasi-totalité du mois dernier au Canada, essentiellement au Québec, et l’amoureuse des livres que je suis est partie à la découverte de la littérature québécoise. Par les différents moyens à ma disposition, le premier et non des moindres étant le Salon International du Livre de Québec (SILQ) qui avait lieu pendant mon séjour. Il y a aussi eu les librairies, les magasins de seconde main, et les discussions avec des québécois…

Au départ, je voulais ajouter un paragraphe dans la veine de l’article de La Geekosophe, Que lisent les New-Yorkais dans le métro ?, mais j’ai peu vu les gens lire dans les transports en commun. Donc ça ne sera pas pour cette fois-ci…

Je n’ai pour le moment lu qu’un seul des titres que je vous présente, et pas encore publié sa chronique. Vous entendrez donc régulièrement parler de littérature québécoise sur le blog dans les mois à venir, voire les années comme ma fille semble décidée à s’installer durablement là-bas !


Logo SILQ 2

SILQ – Salon International du Livre de Québec

J’ai passé une journée entière au SILQ, et la première chose qui m’a marquée, c’est le peu de maisons d’éditions québécoises. Alors certes, comme me l’a plusieurs fois rappelé ma fille, le Québec est une petite province, mais je m’attendais à… je ne sais pas trop en fait !

A mon arrivée, je me suis rendue à La maison des libraires, le stand de l’ALQ, l’Association des Libraires du Québec, où j’ai été accueillie par de charmant.e.s libraires qui m’ont présenté des sélections faites par des auteurs présents sur le salon, sélections reprises sur des marque-page. C’est une initiative que j’ai trouvée très intéressante. J’ai pu en effet découvrir les sélections des quelques auteurs et autrices québécois que je connaissais et appréciait avant d’arriver (Marie-Renée Lavoie, Karoline Georges…) et donc de me donner une idée de titres vers lesquels me tourner. De plus, régulièrement dans la journée, des libraires proposaient aussi des prescriptions littéraires. On pouvait aller les voir, en fonction de leurs spécialités, et ils vous proposaient des titres en fonction de vos goûts.

Marque Page Prescriptions littéraires SILQ Marie Renée Lavoie Marque Page Prescriptions littéraires SILQ Karoline Georged Marque Page Prescriptions littéraires SILQ Alexandre Lachance

La première réflexion que je me suis faite en faisant un tour du salon, c’est que très peu de livres d’auteurs de Nations Amérindiennes ou Inuits sont présents sur le salon. J’étais déçue de ce constat, d’autant que, concernant les livres sur le féminisme ou l’invisibilisation des femmes, il y en avait pléthore. Ce qui est super, mais j’aurais aimé que les premiers habitants du Québec soient mieux représentés. Je me suis rendu compte au fil de mon séjour que c’était un sujet très sensible, notamment lors de ma visite du Musée des civilisations de Québec, guidée par ma fille étudiante en anthropologie là-bas. J’ai cependant acheté un classique de la littérature autochtone, l’essai L’indien malcommode de Thomas King, aux éditions Boréal. Vous pouvez accéder à la fiche de présentation du livre sur le site de l’éditeur en cliquant sur la couverture, comme pour les autres titres présentés dans l’article. Sans rapport particulier, mais chez le même éditeur, j’ai aussi acheté un titre recommandé non seulement par des libraires, mais aussi par des auteurs/autrices québécois, Ma vie rouge Kubrick de Simon Roy.

L'indien malcommode - Thomas King Ma vie rouge Kubrick - Simon Roy

Une seule maison d’édition (présente sur le salon en tout cas) est spécialisée littératures de l’imaginaire et noires, les éditions Alire. Ils ont un catalogue de grande qualité. Ce sont notamment les éditeurs d’Elisabeth Vonarburg, Prix d’Honneur des Utopiales pour l’ensemble de son oeuvre en 2018, et autrice de romans de science-fiction et fantasy féministes, ou du moins qui accordent une grande place aux femmes. Ils éditent aussi la revue Solaris, une revue spécialisée dans les littératures de l’imaginaire qui publie des nouvelles.

Catalogue Alire 2018-19

Sur leur stand, je me suis procuré un exemplaire de Solaris datant de 2016 ayant pour thème Femmes étranges, et L’ensorceleuse de Pointe-Lévy de Sébastien Chartrand, sur les conseils de la représentante de la maison d’édition quand je lui ai demandé un titre se passant au Québec. C’est le premier tome de la trilogie Le crépuscule des arcanes.

Revue Solaris 198 - Printemps 2016 Le crépuscule des Arcanes tome 1 : L'Ensorceleuse de Pointe-Lévy - Sébastien Chartrand

Chez Alto, un éditeur que j’avais repéré car il édite Karoline Georges, dont j’avais beaucoup aimé  le roman Sous béton, je voulais acheter son dernier titre, De synthèse, Prix littéraire du Gouverneur Général 2018 (un des plus importants prix littéraires québécois), qui venait de sortir en poche. J’ai aussi craqué pour Faunes de Christiane Vadnais, là aussi sur recommandations. C’est le roman que j’ai déjà lu, et c’est une belle découverte. Un premier roman de grande qualité, entre le fantastique et la science-fiction, dont je vous reparle très bientôt.

De synthèse - Karoline George Faune - Christiane Vadnais

Même si j’ai vu un grand nombre de titres très intéressants chez d’autres éditeurs, je me suis contentée de ces six achats, car les livres sont très chers par rapport à la France, bien que soumis comme chez nous à une taxe réduite de 5% seulement (au lieu des 15% communs). Pour exemple, la version poche de De synthèse m’a coûté plus de 11€ pour un titre de 240 pages.

J’ai pu constater que la littérature jeunesse ose beaucoup plus qu’en France, abordant tous les sujets de société, y compris les plus polémiques. Il y a aussi un gros effort de mise en avant des femmes figures de l’Histoire et invisibilisées, et une volonté de prôner l’égalité des droits et des chances, et de laisser la possibilité aux enfants de se reconnaître dans des personnages non binaires. J’ai par exemple craqué pour Le coq qui voulait être une poule de Carine Paquin et Laurence Dechassey aux éditions Michel Quintin.

Parmi les autres éditeurs qui ont retenu mon attention, il y a les éditions Hurtubise et XYZ, chez qui j’aurais bien pris les dernières publication de Marie-Renée Lavoie, un roman jeunesse chez le premier, Le dernier Camelot, et un roman de littérature contemporaine chez le second, Les chars meurent aussi.

Mais il y a aussi les éditions (mélange de maisons jeunesse et adulte, certaines font les deux)

En fait, même si l’édition québécoise peut sembler microscopique au premier abord, elle regorge de titres, de maisons d’éditions qui ne demandent qu’à être découverts. Je vous ai cité quelques titres, quelques maisons, mais tant d’autres me tentaient… Je vous conseille de visiter le site du Prix des libraires du Québec, qui est une mine d’inspiration.

Je n’ai pas du tout parlé de la production BD, car même si j’ai découvert quelques titres fort intéressants, on était complètement hors de mon budget. Je m’y plongerai plus avant dans le futur. Je veux juste vous citer La petite Russie de Francis Desharnais aux éditions PowPow et la série Paul de Michel Rabagliati chez La pastèque, dont l’album Paul dans le Nord a fait l’objet d’une adaptation audio en accès libre et gratuit par Radio Canada. Je vous conseille l’expérience !


Les magasins de seconde main

La seconde main est très développée au Québec, et chaque boutique visitée disposait d’un rayon livres bien rempli. Un cauchemar pour une acheteuse compulsive de livres comme moi. Je pouvais enfin me procurer des romans classiques ou d’auteurs très connus à moindre coût. Ai-je été raisonnable ? Plus ou moins, limitée par le poids de ma valise… et par le fait que je ne voulais que de la littérature québécoise. La grande majorité des ouvrages (comme en librairie traditionnelle du reste) sont de maisons d’édition françaises.

Le comptoir Louise et Frédéric

Dans la première boutique visitée, Le comptoir Louise et Frédéric, tous les livres étaient à -50% sur le prix seconde main !!! J’ai su être raisonnable (en même temps c’était avant le SILQ^^) et n’en ai acheté que deux :

Il pleuvait des oiseaux - Jocelyne Saucier Les grandes marées - Jacques Poulin


Le Village des Valeurs

La deuxième boutique visitée était un véritable supermarché de la seconde main, un Village des valeurs, une chaîne que l’on trouve un peu partout (j’en ai visité un autre à Toronto, qui du coup proposait des ouvrages en anglais). Plusieurs rayons entiers étaient consacrés aux livres. Pour quatre livres achetés, le cinquième était offert. Du coup j’en ai acheté dix, dont un que j’ai offert à ma fille. J’en ai eu pour environ le prix de deux livres de poche, sachant que quatre d’entre eux sont des grands formats.

La poésie québécoise - Anthologie - Laurent Mailhot et Pierre Nepveu Chère voisine - Chrystine Brouillet Cet imperceptible mouvement - Aude Le survenant - Germaine Guévremont Bonheur d'occasion - Gabrielle Roy

La cérémonie des anges - Marie Laberge Les voyageurs malgré eux - Elisabeth Vonarburg Créatures fantastiques du Québec - Bryan Perronat Alexandre Girard


La librairie Pantoute

 

Avant de quitter Québec, je ne pouvais pas ne pas me rendre à la Librairie Pantoute, sans doute la plus grande et la plus connue des librairies indépendantes de la ville. Un endroit très chaleureux et du personnel accueillant. Je suis repartie avec juste des livres de touriste : un livre de recettes à base d’érable, et un autre sur le parler québécois.


Bilan

  • J’ai découvert que la très grande majorité des livres proposés au Québec étaient des titres d’éditeurs français.
  • J’ai eu la confirmation qu’acheter des livres au Québec coûte très cher. Et c’est du coup très frustrant^^
  • J’ai découvert que a littérature jeunesse ose beaucoup plus qu’en France.
  • J’ai découvert que le marché de la seconde main est bien plus développé qu’en France (cf ci-dessus je pense).
  • Je reviens avec plein de livres, majoritairement d’autrices, et plein de titres en tête pour de futures découvertes.
  • Prochain rendez-vous avec la littérature québécoise (en dehors des chroniques qui arriveront au fil du temps^^), le festival Étonnants Voyageurs de Saint-Malo début juin, qui invite toujours des auteurs/autrices québécois, en partenariat avec La maison du Québec de Saint-Malo. J’espère y rencontrer Karoline George et Christiane Vadnais entre autres. Je vous en reparle très vite !

Je n’ai jamais inséré autant de liens dans un article, j’espère qu’il en reste lisible, mais je voulais vous donner la possibilité de découvrir facilement les titres cités. J’espère vous avoir donné envie de fouiller un peu la littérature québécoise. En France, certains titres sont repris chez Actes Sud notamment (éditions Alto entre autres).

5 réflexions sur “A la découverte de la littérature québécoise

  1. LaGeekosophe dit :

    Très sympa ! J’ai noté pas mal de romans qui m’ont l’air très attirants 🙂

    Pendant mon voyage à New-York, j’ai vu que les livres anglophones étaient vendus bien plus chers au Canada ! Je pensais que c’était surtout à cause des taxes mais il faut croire que la culture est aussi un peu moin accessible !

    Aimé par 1 personne

    • Les Lectures de Sophie dit :

      Merci 😊 J’ai lu Faunes et il est excellent. De synthèse va aussi sortir de ma PAL dans le mois, avant Étonnants voyageurs…
      La seule explication que je vois c’est que les éditions en français sont de relativement petits tirages, ce qui augmente le coût de production j’imagine.
      Après, je n’ai pas été dans des librairies anglophones à Toronto, donc je ne connais pas les prix. Mais j’ai trouvé en seconde main plein de supers titres de fantasy en hardback autour de 5€ pièce, je n’avais juste plus de poids disponible dans ma valise. J’y retournerai 😉

      Aimé par 1 personne

      • LaGeekosophe dit :

        Je me note Faunes, sa couverture m’intrigue !

        Le drame du poids ! à New York j’ai découvert une librairie de seconde main qui vendait des livres à 1 dollar. Certains étaient dans ma wishlist en plus et pas mal de pépites, mais j’ai dû renoncer à pas mal :’)

        Aimé par 1 personne

Répondre à Les Lectures de Sophie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.