Les nocturnes - Tess Corsac

Les nocturnes – Tess Corsac

Les nocturnes - Tess Corsac

Les nocturnes est un roman dystopique jeune adulte de Tess Corsac, paru le 18 avril 2019 aux éditions Lynks. Une histoire originale qui fait froid dans le dos et pousse à la réflexion.

Résumé :

125 Rouges. 125 Verts. 250 amnésiques. Et combien de Nocturnes ?

Nous avons cherché par tous les moyens à découvrir pourquoi nous étions enfermés ici. Si seulement nous avions su… Aurions-nous quand même été jusqu’au bout ?

Un nom, un bloc, une couleur d’uniforme : Rouge ou Vert. Ce sont les seules informations dont disposent les deux-cent-cinquante pensionnaires de la Croix d’If, entrés dans l’institut sans le moindre souvenir et sans opportunité de sortir.
Natt Käfig est un Rouge du bloc 3A. Il est le dernier à avoir vu Laura, une Verte, avant sa mystérieuse disparition. Il se fait approcher par un groupe d’élèves… Qui sont ces « Nocturnes » qui ont besoin de son aide et qui pensent que Laura avait découvert les raisons de leur présence dans l’institut ? Rouges et Verts vont devoir collaborer pour percer le secret de la Croix d’If et échapper à l’administration. Y parviendront-ils en apprenant qu’ils sont prisonniers pour des motifs différents ?

Avis :

Comme lors de la parution de Le garçon et la ville qui ne souriait plus, de David Bry (ma chronique par ici), les éditions Lynks ont soigné les blogueurs avec l’envoi d’une box (photo ci-dessous) qui comprenait, outre le livre, le marque-page et celui du roman précédent, un tote-bag, un stylo et un autocollant aux couleurs du roman, ainsi qu’un dossier personnalisé, à n’ouvrir qu’après la lecture du roman. Le mien est vert… si vous voulez savoir ce que ça signifie me concernant, il vous faudra lire le livre ! Il y avait aussi un pendentif de chouette, qui a trouvé sa place aux côté du pendentif clé reçu avec la box précédente. J’apprécie énormément ces attentions, et la complémentarité entre les box. On sent que Bleuenn prend un soin tout particulier à l’élaboration de celles-ci. Merci à elle pour ces envois, et pour sa gentillesse et les sympathiques échanges. C’est très agréable d’avoir une interlocutrice unique et passionnée. Au passage, bravo à elle, car c’est son premier roman en tant que directrice littéraire, en plus d’être en charge, comme dans le roman de David Bry, de la maquette intérieure, sur laquelle je reviendrais un peu plus tard.

Commençons par l’aspect visuel du roman, avant d’en aborder le fond. La couverture est signée Miesis, illustratrice connue des lecteurs de l’imaginaire pour notamment ses couvertures de romans des éditions du Chat Noir, Rebelle, ou encore Bragelonne. Elle présente très bien des éléments clés du roman, mais elle reflète aussi parfaitement l’ambiance, nocturne certes, mais aussi brumeuse, comme le chemin que nous fait suivre l’autrice dans son intrigue, nous disséminant les informations au fil des pages…

La maquette intérieure est donc signée Bleuenn Guillou. Elle est à la fois très travaillée et sobre. On retrouve en séparations de parties de chapitres la branche d’arbre de la couverture, et entre deux chapitres une illustration, en alternance le blason de La Croix d’If, l’établissement où se situe l’intrigue, et la Chouette, je vous laisserai découvrir pourquoi. La police de caractère change quand on trouve des extraits de dossiers des élèves, ce qui rend le tout très visuel. La mise en page est aérée et agréable. Le seul souci est le manque d’opacité du papier, qui pourra gêner certains lecteurs, notamment les dyslexiques…

Le roman est rédigé à la première personne du singulier, et le narrateur est Natt Käfig, un Rouge. Car les élèves du pensionnat de La Croix d’If sont séparés en deux sections distinctes, les Rouges et les Verts, qui ne suivent pas toujours les mêmes enseignements, notamment au niveau sportif. Pourquoi ces deux groupes ? C’est tout l’enjeu du roman, cette quête de mémoire, car aucun d’entre aux n’a de souvenirs d’avant son entrée au pensionnat. Natt est approché par les Nocturnes, un groupe d’élèves mixte. Qui sont-ils ? Que veulent-ils ?

Tout au long du roman, on va vivre dans la tête de Natt, partager sa quête de mémoire, sa volonté de retrouver ses souvenirs, mais aussi de savoir pourquoi il est là, dans cet endroit strictement isolé du monde extérieur. On va avec lui rencontrer des personnes qui l’aideront (et qu’il aidera) dans sa quête de vérité…

Toute vérité est-elle toujours bonne à dire, ou à connaître ? C’est l’enjeu de ce livre. Dans quelle mesure peut-on décider à la place d’autres personnes qu’il est mieux pour elle de ne pas savoir ? Ne devrait-on pas toujours être maître-sse de nos décisions et de nos choix ? En voulant faire le bien, ne peut-on pas faire le pire, même en ayant les meilleures intentions du monde ? Le roman de Tess Corsac aborde ce thème difficile, le droit de savoir, ou le droit à l’oubli, le droit de cacher des informations importantes. Elle le fait avec une idée originale, que je ne peux pas vous dévoiler ici sans vous gâcher la lecture. Elle le fait aussi avec beaucoup d’empathie pour ses personnages, empathie partagée pour ma part lors de ma lecture. Natt et les autres sont attachants par leurs failles qu’ils font tout pour combler, mais aussi par leur volonté de savoir. Sans compter que, si intrigues amoureuses il y a (sait-on jamais^^), elles restent suffisamment marginales pour ne pas avoir gêné ma lecture, comme trop souvent hélas dans les romans jeune adulte. L’urgence des situations et la volonté de savoir restent prioritaires, et ça fait du bien !

Après nous avoir tenus en haleine pendant 350 pages, révélant les informations au compte-goutte, l’autrice nous offre une conclusion pour partie attendue, mais a su avec brio insérer un élément inattendu et perturbant, qui offre une vision différente des événements vécus par les personnages. Original jusqu’à la toute fin, malgré les apparences, ce roman a su me séduire par le style de l’écriture, simple et direct, ainsi que par les sujets abordés.

Lynks logo

J’ai reçu la version papier de ce livre dans le cadre d’un partenariat avec les éditions Lynks. Merci à eux pour la confiance.

Logo librairiesindependantes.com

Le lien ci-dessus n’est pas un lien affilié. Il renvoie vers le site librairiesindependantes.com, qui regroupe des librairies indépendantes (comme son nom l’indique^^) de toute la France. A défaut de pouvoir vous déplacer en librairie, en commandant sur ce site, vous soutenez les libraires indépendants.

Publicités

4 réflexions sur “Les nocturnes – Tess Corsac

  1. Babitty Lapina dit :

    Eh bien ! Ils font pas les choses à moitié avec leurs partenaires c’est chouette ! La couverture du livre est vraiment sublime !! Ayant lu beaucoup de dystopie young adult, je suis devenue assez exigeante avec le genre et je suis assez facilement déçue… Mais ta chronique me donne vraiment envie de donner une chance à ce roman !

    Aimé par 1 personne

Répondre à Babitty Lapina Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.