Uppercut - Ahmed Kalouaz

Uppercut – Ahmed Kalouaz

Uppercut - Ahmed Kalouaz

Uppercut est un roman de Ahmed Kalouaz publié en octobre 2017 aux éditons Le Rouergue, dans la collection DoAdo. C’est un livre court, mais très percutant, comme son titre pouvait le laisser présager.

Résumé :

Erwan distribue les coups de poing comme il enchaîne les renvois de nombreux collèges. La boxe est un refuge, une réponse qu’il imprime sur la figure de ceux qui le provoquent. Surtout quand on l’attaque sur la couleur de sa peau. Cette semaine-là, il se retrouve loin de sa bande, en stage dans un centre équestre à la campagne, confronté au racisme ambiant. Comment contenir ses émotions et garder les uppercuts serrés au fond des poches ?

Avis :

J’avais repéré ce livre au SLPJ de Montreuil en décembre dernier. J’étais intriguée par ce court roman au titre et à la couverture assez violents. Le thème abordé, la souffrance d’un ado par rapport aux discriminations raciales qu’il subit m’intéressait aussi tout particulièrement.

Je ne l’avais pas pris lors du salon car je n’avais plus de place dans ma valise. En fait, je me demandais comment rapporter tous mes achats, cadeaux de Noël ou personnels. Et puis je suis repassée devant en ce début janvier dans une librairie, et j’ai craqué. Je l’ai acheté, je l’ai commencé dans le métro, et je l’ai fini dans la foulée une fois rentrée chez moi. Je me suis d’ailleurs fait la réflexion que c’est un plaisir que je ne m’accorde pas assez souvent, de tout mettre en pause pour lire le livre que je viens d’acheter…

Et comme le laisse présager le titre, on prend avec ce court roman (environ 130 pages), un coup de poing. On prend en pleine face la douleur d’Erwan, mi-breton mi-sénégalais, le racisme ordinaire, les petites remarques, les regards, les surnoms à minima maladroits, mais trop souvent injurieux. On comprend avec cette douleur comment Erwan a atterri Dans un internat isolé pour « cas difficiles ». Il s’est défendu. Mais contre les mots subits, il a choisi les coups.

Ce roman n’est pas que noirceur et douleur. Il est aussi plein d’espoir. Car c’est souvent par ignorance que le racisme ordinaire existe. Par peur de la différence. Et les rencontres, la communication, peuvent parfois changer la donne.

Ahmed Kalouaz utilise beaucoup de métaphores avec le vocabulaire et l’univers de la boxe, mais bien que complètement ignare sur le sujet, je n’ai pas été perdue grâce aux explications et notes de bas de page. Présentes juste comme il faut, sans devenir envahissantes.

Ces métaphores sont justifiées par le fait que c’est Erwan, passionné de boxe, qui nous raconte son histoire. Ce qui rend le coup de poing que j’ai pris beaucoup plus violent.

C’est un livre à conseiller aux ados, pour leur faire comprendre le pouvoir de nuisance des mots, mais aussi aux adultes, qui parfois emploient par habitude culturelle des expressions dont ils ne soupçonnent pas toujours la violence qu’elles engendrent quand on les reçoit.

Uppercut est un roman beau, fort et utile.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.