Féminibooks (we can book it), quand le féminisme... rencontre la littérature !

Féminibooks – Album jeunesse : Les souliers écarlates – Gaël Aymon et Nancy Ribard

Les souliers écarlates - Gaël Aymon et Nancy Ribard

Les souliers écarlates est un conte écrit par Gaël Aymon et illustré par Nancy Ribard. Il a été publié par les éditions Talents Hauts, en partenariat avec Amnesty International en octobre 2012.

Résumé :

Un seigneur avait épousé une jeune fille telle qu’il l’avait souhaitée: aussi belle qu’il était grand, aussi fragile qu’il était fort. Plus elle était fragile, plus il se sentait fort. Il se mit donc à la malmener. Mais la jeune fille, qui était bien plus qu’une poupée, lui échappait chaque nuit grâce à ses souliers. Des souliers magiques! Un soir pourtant, son époux découvrit son secret…

Avis :

Ce conte aborde un thème fort, les violences conjugales, mais d’une manière sensible, en s’aidant de la magie pour rendre les faits plus abordables, voire supportables. Il nous montre comment une femme peut-être isolée du monde extérieur par son mari, et se retrouver sous son emprise, comment les autres détournent le regard plutôt que de tenter d’aider. Le mari, qui est un seigneur, a choisi sa femme « jeune » et « telle qu’il l’avait souhaitée ». Dès le départ, on a un rapport déséquilibré dans ce couple. L’homme est un seigneur et la femme doit se sentir flattée d’avoir été choisie. Son mari la considère comme une poupée. Il la maltraite puis la couvre de cadeaux. L’habille selon ses goûts…

Le fait de comparer la jeune femme a une poupée rend la situation encore plus terrible de notre point de vue d’adulte, mais est sûrement mois traumatisant pour les enfants, car ça leur permet de mettre une distance.

La jeune femme, que son mari considère comme une femme-objet, un jouet même, n’a pas perdu tout espoir. Elle demande au seigneur une paire de souliers écarlates fabriqués par le cordonnier du village. Au quotidien, elle se transforme petit à petit en poupée de porcelaine, mais la nuit, grâce à ses souliers écarlates…

Ce conte a plusieurs niveaux de lecture (comme tout conte qui se respecte…). L’intrigue ouvre la discussion avec les enfants sur les violences domestiques, et c’est déjà beaucoup. Les adultes pourront y trouver beaucoup plus, la destruction de la femme, qui devient objet au sens littéral du terme, mais qui garde l’espoir de s’en sortir, de s’évader au moins dans ses rêves, avant d’oser en faire une réalité.

J’ai trouvé cet album courageux pour le sujet qu’il aborde. Je suis contente de voir qu’on peut trouver ce genre de ressources pour aider à répondre aux interrogations des enfants, ou pour les sensibiliser au problème.

Amnesty International Logo

Ce livre est soutenu par Amnesty International, mouvement qui se bat pour promouvoir et faire respecter l’ensemble des droits humains.

Editions Talents Hauts

Vous présenter cet album, c’est aussi l’occasion de vous parler des éditions Talents Hauts, une maison d’édition engagée dans la mise en avant des valeurs d’égalité, qui ose bousculer, au risque de choquer, même si ce n’est pas leur but premier. Une maison d’édition qui ne se pose pas d’interdits concernant la mise en avant des discriminations de manière générale, et le sexisme en particulier.

Depuis leur création en 2005, ils ont déjà publié plus de 250 titres, des livres de tous formats littéraires (albums, contes, romans…) et pour tous les âges, du tout-petit à l’adolescent sur des sujets divers et variés, mais qui prônent toujours la tolérance.

Je trouve qu’on ne parle pas assez de cette maison d’édition qui véhicule des valeurs pourtant importantes, essentielles même, au bon fonctionnement de notre société. Et on sait bien qu’il n’est jamais trop tôt pour éduquer les enfants au respect des autres. Ces livres sont des outils qui peuvent nous aider à expliquer des notions parfois compliquées.

Mon coup de cœur chez eux, qui est d’ailleurs le titre qui m’a fait découvrir Talents Hauts, c’est Dînette dans le tractopelle de Christos et Mélanie Grandgirard, un album pour les enfants dès 5-6 ans, qui démontre, et démonte le sexisme des catalogues de jouets pour enfants. C’est un livre de saison que je vous conseille vivement.

Le logo de la maison dédition, que vous trouvez ci-dessus, est illustré d’après l’album La déclaration des droits des garçons d’Elisabeth Brami, illustré par Estelle Billon-Spagnol.

Féminibooks (we can book it), quand le féminisme... rencontre la littérature !

Je vous ai présenté ce livre dans le cadre du Feminibooks, chaîne d’articles de blogs et/ou vidéos booktube qui met en avant chaque jour pendant un mois un ouvrage ou u thème féministe à travers le prisme de la littérature. Le Feminibooks est organisé par Ninon, de la chaîne booktube Les carnets d’Opalyne. Le Feminibooks a sa page Facebook et son compte Twitter, où vous pourrez retrouver les autres chroniques et vidéos de cette session, ainsi que des sessions précédentes.

Hier, vous avez pu lire l’article de Anahaddict sur Libres de Diglee et Ovidie, et voir la vidéo de Parmi les récits sur le sujet des femmes et du handicap.

Aujourd’hui, vous pouvez aussi voir la vidéo de Duckyoudarling sur Scarlett O’hara.

Et demain, rendez-vous sur le blog de Pensine Livana et la chaîne de Petits bonheurs d’une Chibi.

 

6 réflexions sur “Féminibooks – Album jeunesse : Les souliers écarlates – Gaël Aymon et Nancy Ribard

  1. Clémence / Livana dit :

    C’est super intéressant de pouvoir aborder ce thème si difficile avec des enfants sous couverture de joli et triste conte ! ça me rend curieuse, je pense que je vais l’ajouter à ma wishlist 🙂 l’espoir, c’est le plus important je trouve. Je trouve ça bien aussi que ce livre soit soutenu par l’Amnesty International. Je me renseignerai davantage sur cette maison d’édition dont tu parles du coup, ça m’intrigue et puis aux alentours de Noël j’aime bien m’acheter quelques albums. Même si je n’ai ni enfant ni nièce ou neveux ni petit.e cousin.e, j’aime beaucoup ces objets que je trouve très beaux et apaisants et souvent porteurs de leçons 🙂

    Aimé par 1 personne

    • Sophie dit :

      Merci de ton retour. Je n’ai pas d’enfants à la maison, mais j’ai une petite collection d’albums, que je partage parfois avec les petit.e.s de mon entourage… Je les achète d’abord pour moi, en bonne égoïste 😉
      Je te conseille effectivement de regarder du côté de Talents Hauts, leur travail est vraiment à encourager.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.