Bridget Jones baby, le journal – Helen Fielding

Bridget Jones Baby, le journal - Helen Fielding

Ce roman / journal, se situe chronologiquement entre L’âge de raison (deuxième tome), et Folle de lui. Il reprend le titre du film, et est paru en 2016 chez Penguin pour la VO, et chez Albin Michel pour la présente édition.

Résumé :

On croyait tout connaître de Bridget Jones… Mais si la mythique héroïne ne nous avait pas tout dit ?
C’est le plus beau moment dans la vie d’une femme : être mère pour la première fois. Mais Bridget n’est pas une femme tout à fait comme les autres. Lorsqu’elle apprend qu’elle est enceinte, elle hésite entre euphorie est désespoir : qui est le père de l’enfant ? Telle est la question (entre autres) qui la taraude…
Dans son journal, la célibataire la plus désopilante de la littérature anglaise se livre… complètement ! Une comédie éblouissante, très différente du film Bridget Jones’ Baby.

Avis :

Je ne pensais pas acheter et/ou lire ce livre un jour, mais je suis passée devant lors de ma dernière visite à la médiathèque. Ma visite avant leur fermeture pour les vacances d’été. Et c’est exactement le genre de littérature très légère que je cherchais pour mes vacances.

J’ai trouvé l’histoire plus crédible que celle du film, en définitive. Plus dans la lignée des gaffes et quiproquos auxquels Bridget Jones nous a habitués. Dommage que Hugh Grant n’ai pas voulu jouer dans le film. Même si Patrick Dempsey est très bien dans son rôle, la présence de Daniel Cleaver aurait quand même eu de la gueule !!!

La plume d’Helen Fielding est toujours aussi fluide, piquante à souhait. C’est un plaisir de la retrouver. La trame de l’intrigue pouvait sembler sympathique, très « Bridget Jonesque », mais son traitement est hélas trop superficiel. On a l’impression qu’Helen Fielding nous présente ici le pitch de base du film, l’ossature du scénario.

J’ai eu beau retrouver avec beaucoup de plaisir Bridget et ses légendaires gaffes, j’ai trouvé le sujet très survolé. ON en sait finalement peu sur les états d’âme de Bridget pendant près de la moitié de sa grossesse. Elle nous avait habitués à une « diarrhée verbale », on la retrouve ici trop discrète.

Concernant l’objet livre, il fait environ 250 pages, dans une typo très aérée, avec de nombreuses pages de titres, ça ne fait au bout du compte pas beaucoup à lire (2 ou 3h à tout casser). Pour 19,90€, je rouve ça très cher payé, et je suis bien contente de ne pas l’avoir acheté. J’ai du mal avec ce genre de coup marketing, où on nous vend une coquille presque vide à un prix astronomique. Mais c’est un autre débat…

C’est donc une lecture à la fois très agréable, mais en même temps décevante. J’en attendais plus. Plus de gaffes, plus de rires, plus de larmes, plus de tout en fait.

Je lui ai quand même mis 15/20, pour le plaisir de retrouver Bridget…

Publicités

3 réflexions sur “Bridget Jones baby, le journal – Helen Fielding

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s