Dakota song – Ariane Bois

Dakota song - Ariane Bois

Dakota song est un roman de Ariane Bois paru en mars 2017 chez Belfond. Plus qu’un roman, c’est aussi une suite de portraits des habitants du Dakota Building, avec comme personnage central le fameux bâtiment.

Résumé :

New York, 1970. Shawn Pepperdine, jeune de Harlem, assiste, horrifié, au meurtre de son meilleur ami. Pour échapper aux assassins, il trouve refuge dans les sous-sols du Dakota, l’immeuble le plus mythique de Manhattan.

Au coeur d’une ville en pleine ébullition, le Dakota reste, lui, immuable : un club très fermé, un château médiéval sur Central Park, un havre de paix des  » rich and famous « . S’y côtoient Lauren Bacall, Leonard Bernstein et Rudolf Noureev. Ici, Polanski tournera les images du film Rosemary’s Baby.

Devenu le premier portier noir du Dakota, Shawn côtoie ses résidents : Nigel, Abigail, Nathan, Cherie, Becky, Andrew, Tyler et les autres.

Quand la plus grande star du monde, John Lennon, emménage à son tour, l’immeuble et sa communauté s’enflamment…

Dakota Song est le portrait survolté d’une Amérique en pleine révolution artistique, intellectuelle et sexuelle, celle de la Beatlemania et du disco, du Studio 54 de Warhol et du Chelsea Hotel, du scandale du Watergate et d’une décennie de violences.

Avis :

Au vu du titre et de la couverture, je m’attendais à un roman centré sur un des célèbres habitants du Dakota Building, John Lennon. Mais non, c’est un véritable hommage au vénérable immeuble que nous livre Ariane Bois. Le bâtiment est au cœur du roman, dont chaque chapitre tourne autour d’un résident ou d’un employé, sans pour autant s’appesantir trop sur les plus célèbres d’entre eux. On découvre les coulisses d’un bâtiment parfois vieillissant, paradis des apparences, aux règles de vie immémoriales et quasi-immuables. Le tout avec pour cadre de fond les années 70 à New-York.

On croise donc dans ce livre de nombreuses célébrités, mais pas seulement. On y rencontre une ville, une atmosphère, des paysages urbains, une vie trépidante…

On aurait pu craindre que l’alternance des personnages fasse perdre le fil de l’histoire, et que le choix d’un narrateur omniscient rende le tout impersonnel, mais l’autrice a fait le choix très astucieux de nous faire régulièrement voir les événements à travers les yeux de Shawn, jeune employé du Dakota, à la première personne.

J’ai pris beaucoup de plaisir à cette lecture légère et divertissante, mais qui en même temps soulève des sujets de société importants. Un mélange étonnant, éclectique, tout comme l’est le héros de l’histoire, le Dakota Building.

J’ai reçu ce livre dans le cadre de la Masse Critique Babelio, en partenariat avec les éditions Belfond. Je les remercie pour cette jolie découverte.

Je lui ai mis 18/20.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s