L’Alchimiste de Khaim – Paolo Bacigalupi

L'Alchimiste de Khaim - Paolo Bacigalupi

L’Alchimiste de Khaim est un court roman, voire un conte, de Paolo Bacigalupi, auteur multi primé dans la sphère de l’imaginaire. Ce texte est d’ailleurs lauréat du World Fantasy Award. Cette édition date de 2014, Au Diable Vauvert.

Résumé :

A Khaim, pour chaque sort lancé, des ronciers vénéneux et indestructibles envahissent le monde. L’usage de la magie est un crime puni de mort mais pourtant, lentement et sûrement, les ronces dévorent tout…
Après y avoir consumé ses biens, sa vie et sa famille, un alchimiste trouve enfin la formule pour les détruire. Croyant fortune faite, il va trouver le maître de la cité…

Avis :

Dans ce court texte, complètement dépaysant, on se retrouve propulsé à Khaim, cité envahie petit à petit par les ronces. Des quasi-esclaves sont chargés de repousser le roncier, en le brûlant, en l’arrachant, en ramassant les graines qui en tombent, au péril de leurs vies.

Jeoz, un alchimiste, a consacré les quinze dernières années de sa vie à créer une machine qui utilise non pas la magie, mais l’alchimie pour détruire le roncier. Il espère que son invention pourra sauver sa ville et son monde… mais les puissants dirigeants de la cité y verront-ils le même intérêt que lui ?

En cent pages à peine, Paolo Bacigalupi nous transporte dans un monde totalement différent. J’ai imaginé la ville de Khaim un peu comme le château de la Belle au bois dormant, encerclée par des ronciers géants. Dans mon esprit, on se trouve dans une cité d’inspiration médiévale. Certes on en sait très peu sur les origines du roncier, et sur les détails de cet univers, hors de la ville de Khaim, mais en si peu de pages, il faut bien faire des choix… Et je trouve ceux de l’auteur plutôt réussis. On en sait assez pour être à même de visualiser les décors, et il s’est concentré sur peu de personnages pour pouvoir au mieux nous les présenter. Jeoz l’alchimiste, Jiala sa fille, Pila la gouvernante, Le Maire et Scacz son magicien. Le seul qui soit officiellement autorisé à pratiquer la Grande Magie.

La plume de l’auteur est toujours une merveille, il nous met en immersion dans l’esprit de Jeoz, mais cette histoire a pour moi un léger goût d’inachevé, de trop peu. J’aimerais découvrir, pourquoi pas, un roman entier dans l’univers de Khaim.

Je lui ai mis 16/20.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s