Le restaurant de l’amour retrouvé – Ito Ogawa

Le restaurant de l'amour retrouvé - Ito Ogawa

Le restaurant de l’amour rerouvé est un roman de Ito Ogawa, publié en 2008, et en 2015 aux éditions Philippe Picquier, collection poche pour cette édition. La traduction est de Myriam Dartois-Ako. Un livre plein d’espoir et de douceur.

Résumé :

Une jeune femme de vingt-cinq ans perd la voix à la suite d’un chagrin d’amour, revient malgré elle chez sa mère, figure fantasque vivant avec un cochon apprivoisé, et découvre ses dons insoupçonnés dans l’art de rendre les gens heureux en cuisinant pour eux des plats médités et préparés comme une prière. Rinco cueille des grenades juchée sur un arbre, visite un champ de navets enfouis sous la neige, et invente pour ses convives des plats uniques qui se préparent et se dégustent dans la lenteur en réveillant leurs émotions enfouies.

Avis :

Le moins qu’on puisse dire, c’es que Rinco a la poisse. Son « petit ami indien », avec qui ils ont économisé longtemps pour ouvrir un restaurant, est parti quand elle rentre du travail. Il n’a rien laissé. Ni meubles, ni même le contenu des meubles : pas un vêtement, pas un ustensile de cuisine, et pas non plus les liasses de Yen patiemment mises de côté. La seule chose qui lui reste, hormis son panier, c’est la jarre de saumure héritée de sa grand-mère qui se trouvait dans un placard sur le palier.

La seule issue lui semble être de prendre le bus avec le peu d’argent qui lui reste pour retourner dans son village natal. Un retour aux sources  certes forcé, mais qui va lui apporter énormément. A ses côtés, on va réapprendre les petits bonheurs simples de la vie, le bonheur de prendre son temps. Se laisser le temps de vivre et de profiter. De réaliser ses rêves, de se reconnecter avec son prochain.

Ce livre m’a énormément émue car il déborde d’amour, mais pas dans le sens des romances que l’on rencontre couramment. Il déborde d’amour pour l’humanité, mais aussi toutes ces petites choses qui nous entourent. D’amour pour la nature, pour la terre qui nous nourrit, pour ce qui y vit et y pousse…

C’est un livre plein d’amour et de respect. Car Rinco respecte chaque aliment qu’elle cuisine, tout autant que la personne pour laquelle elle le cuisine. Je rêverais d’ailleurs de déguster certains de ses plats, qui nous ont présentés comme un voyage au coeur de la gastronomie. Japonaise essentiellement, mais pas que. Elle essaie aussi de voyager à travers les repas qu’elle prépare.

J’ai depuis longtemps un faible pour la poésie de la littérature japonaise, et Ito Ogawa est une autrice que j’apprécie énormément. J’ai lu aussi cette année Le jardin arc-en-ciel, qui m’avait tout autant émue. Cette autrice a la capacité de nous faire ressentir de l’empathie pour ses personnages, et des émotions simples mais fortes, tout simplement. La narration à la première personne y est sûrement pour beaucoup d’ailleurs, c’est un choix très judicieux.

J’ai dévoré ce livre en un après-midi, et il m’a fait du bien. Il m’a permit de remettre certaines choses en perspective, tout en passant un incroyable moment de bonheur et de douceur. Et c’est pile ce dont j’avais besoin ce jour là.

Je lui ai mis 20/20.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s