Coup de ♥ – Le journal de mon père – Jiro Taniguchi

Le journal de mon père - Jiro Taniguchi

Le journal de mon père est un manga du regretté Jiro Taniguchi (décédé en février 2017), publié pour la première fois au Japon en 1995. Cette édition a été publiée en 2007 chez Casterman, dans la collection Écritures, et entièrement adaptée au sens de lecture occidental.

Résumé :

Moi qui n’étais pas revenu dans ma ville natale depuis plus de dix ans, je découvrais peu à peu de facettes de mon père qui m’étaient inconnues.
Je prenais conscience du fossé que j’avais creusé pour échapper à tout dialogue avec lui.

Avis :

Ce livre est ce qu’on appelle un manga d’auteur, plus proche de notre bande-dessinée occidentale que les mangas auxquels on est en général habitués. C’est grâce à Jiro Taniguchi et ses mangas très poétiques que je suis tombée dans la marmite !!! J’ai découvert depuis toutes sortes de styles de mangas, mais je garde une grande tendresse pour ceux de cet auteur.

Ce n’est pas à proprement parler un récit autobiographique. Le mangaka place son histoire dans sa ville natale, et y traite des difficultés relationnelles entre un jeune homme et sa famille. Là s’arrêtent à priori les comparaisons.

J’ai retrouvé dans ce livre la poésie de l’auteur, aussi bien dans le scénario que dans le dessin. Tout est douceur, même les scènes les plus difficiles.

Après quelques couleurs sur les premières planches, on bascule dans le noir & blanc au moment où Yochan apprend le décès de son père, qu’il n’a pas vu depuis près de quinze ans. Cet artifice nous plonge au cœur de sa douleur, alors même que lui ne l’admet pas encore. Il va, à l’occasion de la veillée mortuaire, retourner dans la ville où il a grandi. Une sorte de pèlerinage mental, aidé par les remarques des membres de sa famille présents à cette veillée.

On a ici un récit sur le retour aux sources, sur les regrets, qui a d’ailleurs emmené Jiro Taniguchi à retourner voir ses parents qu’il avait un peu délaissés.

« Je n’aurais jamais cru que l’ambiance agréable de ma ville natale puisse m’apporter tant de calme… Avec les années, on connaît le bonheur d’avoir des racines » Jiro Taniguchi.

Ce manga (j’ai presque envie de dire roman) est vraiment tout en douceur et en poésie. Il m’a projetée non seulement au cœur du passé de Yochan, mais aussi du mien. Je n’ai pu m’empêcher d’établir certains parallèles. C’est la force de ce mangaka. Il réussit à partir d’une histoire universelle à nous toucher au plus profond.

Ce livre m’a à la fois questionnée, remuée, et en même temps apaisée par sa douceur. C’est un énorme coup de cœur.

Je lui ai mis 20/20.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s