Faith tome 1 : A la conquête d’Hollywood – Jodie Houser, Francis Portela, Marguerite Sauvage et Andrew Dalhouse

Faith 1 : A la conquête d'Hollywood - Jody Houser, Francis Portela, Marguerite Sauvage et Andrew Dalhouse

A la conquête d’Hollywood est le premier tome de la saga de comics Faith, de la franchise Valiant, publié en France en mars 2017 chez Bliss Comics. Faith est une super-héroïne qui renouvelle les codes…

Résumé :

Orpheline depuis son enfance, Faith Herbert a toujours voulu être une super-héroïne, comme celles de ses comics favoris. Lorsque Peter Stanchek, un “psiotique” doté de capacités extraordinaires, la trouve et active ses pouvoirs télékinésiques, elle peut enfin réaliser son rêve. Au sein du groupe mené par Peter, les Renégats, elle a vécu des aventures incroyables, a connu le deuil mais aussi l’amour… Aujourd’hui, les Renégats ne sont plus, et elle doit apprendre à voler de ses propres ailes. Timide blogueuse pop culture pour un site d’actualités le jour, elle sillonne la nuit le ciel de Los Angeles. Lorsque des jeunes, psiotiques comme elle, disparaissent sans laisser de traces, Faith «Zephyr» Herbert doit passer à l’action pour les retrouver sains et saufs.

Avis :

J’avoue avoir été attirée par la couverture… Cette jeune femme toute en rondeurs, avec son sourire craquant et son costume, assise sur une ligne électrique. Le traitement des couleurs m’a aussi intriguée. Bon OK, le prix de lancement a 10€ a un un peu joué aussi, mais ça n’a pas non plus été un critère  décisif.

Que dire du contenu ? J’ai été un peu déçue par le scénario. Un certain nombre de clichés sont mis à mal par ce comics et son héroïne, mais j’ai trouvé l’intrigue très basique, et tirée par les cheveux.

J’ai pas contre été conquise par le graphisme et la mise en couleur. Deux dessinateurs alternent suivant les pages : Francis Portela assure le quotidien de Faith, alors que Marguerite Sauvage se charge de ses rêves. Le contraste créé de fait entre les deux est très intéressant. Et je salue le talent d’Andrew Dalhouse à la couleur, qui a su garder à chaque dessin son propre style. Les rêves sont souvent dans des couleurs très girlies, qui contrastent avec le quotidien.

J’ai un regret concernant le personnage de Faith : son costume fait un peu trop « grandes tailles » par rapport à ce qu’on voit couramment chez les super-héros. Pourquoi cacher des formes qu’elle semble parfaitement assumer ? On est à mi-chemin entre la cape et la jupe longue, j’ai du mal à comprendre ce choix.

Passons sur ce point-mode… qui m’a chagrinée, mais ne m’empêchera pas de découvrir au moins le deuxième tome, pour voir si le scénario s’étoffe avec le temps. Car j’ai vraiment trouvé qu’il manquait de profondeur, ce qui rend l’attachement à Faith un peu compliqué.

Le pitch et le graphisme avaient tout pour me plaire, je reste cependant un peu sur ma faim, même si les nombreuses références à la culture geek sont des clins d’œil très sympas. La super-héroïne est aussi une fan-girl. Et ça, j’adore !

Je lui ai mis 16/20.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s