Jeunesse – Les désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire tome 4 : Cauchemar à la scierie – Lemony Snicket

Les désastreuses aventures des orphelins Baudelaire tome 4, Cauchemar à la scierie - Lemony Snicket

Cauchemar à la scierie est le tome 4 de la saga Les désastreuses aventures des Orphelins Baudelaire qui en compte 13. Elle a été écrite par Lemony Snicket. Cette version a été éditée en 2006 chez Nathan poche dans la collection aventure.

Résumé :

Cher lecteur, J’espère pour toi que tu n’as pas choisi ce livre en te disant : « Ça a l’air drôle; je vais me régaler ! » Si tel est le cas, un conseil : remets-le en place, et vite. Car, de tous les épisodes désolants de la triste vie des orphelins Baudelaire, celui-ci pourrait bien pulvériser les records de tristesse et de désolation. Violette, Klaus et Prunille se retrouvent à la palette, où leur nouveau tuteur est le patron de la scierie Fleurbon-Laubaine, et derrière chaque bûche (ou presque) est embusquée une calamité. À titre d’exemple, dans ces pages, ils vont avoir affaire à une pinceuse géante, à d’abominables casseroles, à de la fumée de cigare qui parle, à un mystérieux cas d’hypnose, à des kilos de chewing-gum et à des bons de réduction. J’ai fait serment, pour ma part, de relater jusqu’au bout les misères endurées par ces trois enfants, mais ce serment n’engage que moi. De ton côté, cher lecteur, si tu préfères les histoires moins sombres, libre à toi de choisir quelque chose de plus réjouissant.
Avec mes sentiments respectueux,
Lemony Snicket

Avis :

J’ai l’impression que je retrouve avec de plus en plus de plaisir les Orphelins Baudelaire au fil des épisodes. Les injonctions du narrateur/auteur à abandonner la lecture ont l’effet inverse, c’est toute la perversité de la manœuvre, et j’avoue être une très bonne cliente. C’est une lecture simple, de détente entre deux livres un peu plus ardus.

Dans cet épisode, j’ai l’impression qu’on part encore plus loin dans l’absurde et l’inattendu. J’aime le fait que, pour une fois, le trio se trouve déconstruit, ce qui ne facilite pas la recherche de solutions, car c’est leur unité qui fait leur force. Chacun doit sortir de sa zone de confort.

Au fur et à mesure que je découvre les Orphelins Baudelaire, que l’auteur affine leur personnalité, je m’y attache de plus en plus. Et j’ai à la fois très envie de continuer rapidement la lecture de cette saga, et en même temps je ne suis pas pressée d’arriver au bout. Je pense que je vais essayer de temporiser, jusqu’à l’annonce de la date de sortie de la saison 2 sur Netflix.

Au sujet de la série, si elle reste plutôt fidèle aux livres, elle a tendance à révéler des éléments des tomes suivants. A la fin du dernier épisode de la saison, on découvre un peu trop de choses sur le début du tome 5, Piège au collège. Je vous en parlerai je pense plus spécifiquement dans un article dédié, car j’ai beaucoup à dire sur cette série.

Je conseille toujours autant cette saga aux enfants à partir de 10 ou 11 ans qui ont du mal à se lancer dans la lecture.

Je lui ai mis 17/20.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s