Le dernier gardien d’Ellis Island – Gaëlle Josse

Le dernier gardien d'Ellis Island - Gaëlle Josse

Le dernier gardien d’Ellis Island est un roman de Gaëlle Josse paru en 2014 aux éditions Noir et Blanc, et en 2016 chez J’ai Lu pour la présente édition. Un récit plein de sensibilité.

Résumé :

New York, 3 novembre 1954. Dans quelques jours, le centre d’immigration d’Ellis Island va fermer. John Mitchell, son directeur, reste seul dans ce lieu déserté, remonte le cours de sa vie en écrivant dans un journal les souvenirs qui le hantent : Liz, l’épouse aimée, et Nella, l’immigrante sarde porteuse d’un très étrange passé. Un moment de vérité où il fait l’expérience de ses défaillances et se sent coupable à la suite d’événements tragiques. Même s’il sait que l’homme n’est pas maître de son destin, il tente d’en saisir le sens jusqu’au vertige.
À travers ce récit résonne une histoire d’exil, de transgression, de passion amoureuse, et de complexité d’un homme face à ses choix les plus terribles.

Avis :

On retrouve ici une fois de plus la plume très agréable de Gaëlle Josse. Douce, poétique, un peu désuète parfois, mais c’est je trouve ce qui fait son charme. Dans ses romans, on est comme hors du temps.

Et en effet, on est ici en 1954, avec un narrateur, qui est aussi le personnage central, le directeur d’Ellis Island, qui fait un bilan de sa vie, et on se retrouve donc projetés de 1954 jusqu’au début du siècle. Il est à quelques jours de retrouver la terre ferme, et la Vie, après avoir vécu volontairement reclu sur Ellis Island, n’effectuant que très peu de voyages sur la terre ferme, et jamais au-delà de New-York. C’est un homme un peu perdu que nous suivons, dans ses dernières rondes de vérification et de surveillance, qui ressemblent plus à des errances au sein des grands bâtiments vides.

Les souvenirs affluent, et il les couche sur le papier (à entête du centre), un peu comme un journal intime à retardement. On y découvre sa vie, mais surtout celle de ces milliers de gens perdus, déracinés, qui débarquent à Ellis Island pour trouver une vie meilleure, le rêve américain. Commence alors pour certains d’entre eux un parcours du combattant afin de pouvoir enfin franchir la Porte d’Or. Un parcours traumatisant même pour ceux qui ne passent là que quelques heures. Un parcours traumatisant aussi pour ce directeur, qui, entré comme simple employé, à gravi les échelons, et finalement vécu toute sa vie au milieu de cette misère, jusqu’à l’écœurement, de ses actions et des ordres qu’il a cautionnés.

C’est un joli roman très sensible, très humain. L’histoire d’un homme qui a vécu l’Histoire des Etats-Unis, celle de tous ces gens venus chercher l’espoir. L’histoire d’un homme qui a trop souvent oublié de vivre, et à qui il ne reste, au bout du compte, que trop de regrets.

Si vous voulez voir des images qui ont inspiré l’autrice, ou entendre des musiques qui l’ont accompagnée, allez voir ce site.

Je lui ai mis 16/20.

Publicités

Une réflexion sur “Le dernier gardien d’Ellis Island – Gaëlle Josse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s