C’est moi qui éteins les lumières – Zoyâ Pirzâd

C'est moi qui éteins les lumières - Zoyâ Pirzâd

C’est moi qui éteins les lumières est un roman de l’iranienne Zoyâ Pirzâd, qui nous plonge dans le quotidien de Clarisse, une mère de famille comme une autre dans ce pays… C’est un roman contemplatif, une découverte de la vie quotidienne au sein d’une culture très différente de la notre. Ce n’est en aucun cas un livre d’action. Et c’est là son point fort.

Résumé :

Dans un quartier préservé d’Abadan, Clarisse, l’épouse et mère de famille à travers qui l’histoire se déploie, est une femme d’une profonde humanité, intelligente, d’une simplicité de coeur qui nous la rend spontanément attachante. Par ses yeux, on observe le petit cercle qui se presse autour du foyer : un mari ingénieur à la raffinerie, fervent de jeu d’échecs et de politique, les deux filles, adorables et malicieuses jumelles, Armène, le fils vénéré en pleine crise d’adolescence, et la vieille mère enfin qui règne sur la mémoire familiale. Pourtant la très modeste Clarisse, cuisinière éprouvée qui se dévoue sans compter pour les siens, va bientôt révéler sa nature de personnage tchekhovien, au romanesque d’autant plus désarmant qu’il se montre on ne peut plus retenu. De nouveaux voisins se manifestent en effet, une famille arménienne débarquée de Téhéran qui va très vite bouleverser l’équilibre affectif de notre femme invisible. Tout l’art de Zoyâ Pirzâd est de brosser à petites touches impressionnistes d’une grande justesse visuelle le portrait d’une société patriarcale scellée par les usages et traditions des femmes. Et de restituer la réalité de la vie des Arméniens d’Iran pris dans l’ambiance plus vaste d’un pays d’accueil, cette Perse à la fois moderne et antique dont ce beau et fort roman dévoile pour nous la complexité culturelle et sociale.

Avis :

Au début de ce livre, je ne savais pas à quoi m’attendre. J’aime beaucoup la ligne éditoriale des éditions Zulma, maison qui m’a fait découvrir de très chouettes auteurs et autrices, et en général Marjorie (de chez Exploratology) est de bon conseil ☺. Je n’avais jamais lu d’auteur (ni d’autrice) iranien(ne), mais dans son petit mot, Marjorie comparaît les personnages à ceux du film Les délices de Tokyo. Ça me suffisait pour entamer ma lecture en toute confiance, car ce film, comme le livre dont il est tiré, sont des petits bonheurs…

J’ai passé un très bon moment à la lecture du quotidien de Clarisse, dans ce monde un peu hors du temps, mais pas hors espace car on est vraiment plongé dans cette famille iranienne où Clarisse plie sous le poids des traditions, sans jamais craquer pour autant… Pour tout dire, j’ai eu un peu l’impression de me retrouver dans un classique anglais du XIXème siècle, mais dans le bon sens du terme, du moins de mon point de vue. C’est à dire que l’on est dans un univers très masculin, et en même temps très contemplatif, avec une héroïne qui se plie aux convenances mais n’en pense pas moins. Tout le portrait de Clarisse ! Le roman est écrit à la première personne et on se retrouve directement dans sa tête, aux milieux de ses sentiments et de ses contradictions.

Comme promis, on était dans une lecture toute en douceur, à la découverte d’un monde dont j’ai du mal à admettre qu’il soit contemporain, tellement il me semble archaïque, aux côtés d’une héroïne discrète et attachante. Un moment de lecture agréable, mais que mon esprit associe plus aux longues soirées d’hiver qu’à ce mois d’avril, sans doute parce que c’est un moment hors du temps, car ce n’est en tout cas pas pour les paysages enneigés !

J’ai reçu ce roman dans le cadre de mon abonnement Exploratology du mois d’avril 2017. Encore une belle découverte, bien que je lise très rarement ce genre de livres.

Je lui ai mis 16/20.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s