Mascarade – Ray Celestin

Mascarade - Ray Celestin

Mascarade est le deuxième polar historique de la série Michael Talbot et Ida Davis, de Ray Celestin, après Carnaval. On y retrouve les mêmes enquêteurs, et certains personnages, mais il peut quand même se lire sans avoir lu Carnaval avant. Ce roman est paru en février 2017 chez Le Cherche Midi dans leur collection thriller. Et ce que j’avais pu découvrir dans Carnaval se confirme… j’adore l’atmosphère particulière que Ray Celestin insuffle à ses polars, en restant très ancré dans les faits historiques.

Résumé :

1928. Chicago est la cité de tous les contrastes. Du ghetto noir aux riches familles blanches, en passant par la mafia italienne tenue par Al Capone, la ville vit au rythme du jazz, de la prohibition et surtout du crime, que la police a du mal à endiguer. C’est dans ce contexte trouble qu’une femme appartenant à l’une des plus riches dynasties de la ville fait appel à l’agence Pinkerton. Sa fille et le fiancé de celle-ci ont mystérieusement disparu la veille de leur mariage. Les détectives Michael Talbot et Ida Davies, aidés par un jeune jazzman, Louis Armstrong, vont se charger des investigations.
Au même moment, le corps d’un homme blanc est retrouvé dans une ruelle du quartier noir. Le meurtre en rappelle un autre à Jacob Russo, photographe de scènes de crime, qui décide de mener son enquête.
Quel est le lien entre ces deux affaires ? Y a-t-il un rapport avec le crime organisé ? Car la vieille école d’Al Capone et de la contrebande d’alcool est menacée par de jeunes loups aux dents longues qui, tels Lucky Luciano ou Meyer Lansky, n’hésitent pas à se lancer dans le trafic de drogue.
Jazz, mafia, tensions raciales et meurtres inexpliqués, après Carnaval, nous retrouvons dans ce thriller passionnant, inspiré de faits réels, le cocktail explosif qui fait la signature de Ray Celestin.

Avis :

L’auteur explique à propos de cette série qu’elle comprendra quatre tomes, et que, selon un procédé emprunté à l’oulipo, chacun se déroulera dans une ville différente, à une saison différente, dans une décennie différente, avec l’intervention d’une condition climatique particulière, et s’appuiera sur un morceau de musique à chaque fois.

Après La nouvelle Orléans des années 20 dans Mascarade, on se trouve ici dans le Chicago des années 30, pendant l’été, et ses fameux orages… Le morceau de musique est Dead man’s blues

Ray Celestin s’est efforcé d’écrire son roman sur le même mécanisme que le morceau, ce qui n’a pas toujours dû être très simple…

J’ai retrouvé avec plaisir Michael Talbot et Ida Davis, employés de l’agence Pinkerton de Chicago, après avoir quitté (fuit) La Nouvelle Orléans vers le nord pour y trouver plus de liberté. Et c’est là que l’on découvre que dans les années 30, qu’on soit noir, ou un couple mixte, la vie n’est pas simple non plus au nord. Sans compter le danger ajouté par la présence d’Al Capone et de la mafia, particulièrement quand on est aussi intègre que nos héros.

Comme dans le premier opus, j’ai adoré retrouver Louis Armstrong, qui poursuit sa carrière en parallèle des enquêteurs. L’auteur s’appuie toujours autant que possible sur des faits réels même si il avoue parfois prendre quelques libertés, notamment de dates pour mieux intégrer les événements à son roman.

De nombreuses intriguent se croisent pour finalement se rejoindre, du moins pour certaines d’entre elles, et le final me donne une folle envie de me retrouver dans le New-York des années 40 pour pouvoir découvrir comment nos personnages vont évoluer…

J’ai lu ce livre en partenariat avec NetGalley et Le Cherche Midi, et je les remercie pour cette belle lecture.

Je lui ai mis 18/20.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s