Wika tome 1 : Wika et la fureur d’Obéron – Thomas Day et Olivier Ledroit

Wika tome 1 Wika et la fureur d'obéron - Thomas Day et Olivier Ledroit

Wika et la fureur d’Obéron est le premier tome de la série de bande dessinée Wika de Thomas Day et Olivier Ledroit, sorti en 2014 aux éditions Glénat, dans la collection Grafica. La série compte actuellement deux tomes et est annoncée complète en 4 volumes. On a frôlé le coup de cœur !!!

Résumé :

Il était une fois, au royaume des elfes, un prince au cœur brisé.
Parce qu’il n’a pas supporté le mariage de Titania, l’amour de sa vie, avec le duc Claymore Grimm, le prince Obéron a lancé ses troupes à l’assaut de Castelgrimm, tué le duc et détruit la fée majeure qu’il avait tant chérie.
Sous la protection du maître d’armes Haggis Cornelly, la petite Wika Grimm a échappé au massacre des siens.
Privé de ses ailes pour passer inaperçu, le bébé inoffensif va grandir à l’abri. Mais même mutilée, une fée reste une fée : ses pouvoirs ne peuvent que la submerger.
Qui sera la plus puissante ?
La fureur d’Obéron ou la colère de Wika ?

Avis :

Le livre s’ouvre sur une carte du monde de Pan, suivie d’une double-page sur la genèse de l’histoire, rédigée par un Elficologue. Le décor est donc rapidement planté : bienvenue dans un nouveau monde…

La première chose qui m’a soufflée, c’est la qualité des dessins de Olivier Ledroit, ainsi que leurs couleurs, toujours du même Olivier Ledroit. C’est détaillé, éclatant, et ça nous propulse effectivement immédiatement dans un mode de Fantasy plein de promesses. Le premier dessin pleine page reprend la couverture. Il nous présente un couple de personnages ailés qui s’embrassent, la femme tient dans ses bras un bébé. On en prend plein la vue. On y apprend que la mère est une fée, épouse du duc Claymore Grimm, et que le bébé est leur fille Wika Grimm. Mais tout de suite aussi, le narrateur nous indique qu’il ne faut pas se fier au bonheur affiché sur le dessin, car la menace gronde…

Les quelques pages suivantes vont nous planter un décor absolument incroyable, et introduire les personnages principaux, tous plus fantasmagoriques les uns que les autres. Les auteurs nous jettent quasi-immédiatement au cœur d’une bataille épique, on en prend plein la vue.

Voilà comment en quelques pages, je me suis trouvée emportée dans le monde de Pan, à suivre le parcours de Wika Grimm, âgée de 9 lunes au début, et que l’on va voir grandir, ignorante de ses pouvoirs (forcément, quand on a des parents ailés, dont une mère qui est une fée très puissante, on a des pouvoirs^^) et de ses origines, découvrant le monde et l’amour… Elle n’est pas encore consciente des dangers qui la guettent, elle qui a échappé par miracle à Obéron et ses soldats lors de l’attaque qui a coûté la vie à ses parents.

Les textes de Thomas Day nous apprennent juste ce qu’il faut pour compléter les informations des images. C’est plein de poésie, mais aussi d’humour et de violence, l’un contrebalançant habilement l’autre.

Les deux auteurs nous présentent là un monde plein de merveilles, entre la fantasy et le steampunk, avec les fées et les machines d’Obéron… Les dessins sont envoûtants et le texte sert au mieux ceux-ci, à moins que ça ne soit l’inverse… En fait, les deux sont en symbiose parfaite, ce qui est rare.

Une sublime découverte, dont j’attends avec impatience de découvrir la suite. Presque un coup de cœur, le tome 2 nous le dira je pense, car c’est très compliqué d’avoir un coup de cœur sur le tome d’exposition d’une saga.

Je lui ai mis 18/20.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s