L’homme qui mit fin à l’histoire – Ken Liu

L'homme qui mit fin à l'histoire - Ken Liu

L’homme qui mit fin à l’histoire est un court roman (voire une nouvelle, suivant les points de vue) de science-fiction de Ken Liu. Car malgré son sous-titre : un documentaire, ce titre est une fiction. Il a été publié en 2016 aux éditions Le Bélial’, dans la collection Une heure lumière. Et c’est un coup de cœur, même plus, c’est un vrai coup de poing !

Résumé :

Futur proche.
Deux scientifiques mettent au point un procédé révolutionnaire permettant de retourner dans le passé. Une seule et unique fois par période visitée, pour une seule et unique personne, et sans aucune possibilité pour l’observateur d’interférer avec l’objet de son observation. Une révolution qui promet la vérité sur les périodes les plus obscures de l’histoire humaine. Plus de mensonges. Plus de secrets d’État.
Créée en 1932 sous mandat impérial japonais, dirigée par le général Shiro Ishii, l’Unité 731 se livra à l’expérimentation humaine à grande échelle dans la province chinoise du Mandchoukouo, entre 1936 et 1945, provoquant la mort de près d’un demi-million de personnes… L’Unité 731, à peine reconnue par le gouvernement japonais en 2002, passée sous silence par les forces d’occupation américaines pendant des années, est la première cible de cette invention révolutionnaire. La vérité à tout prix. Quitte à mettre fin à l’Histoire.

Avis :

J’avais déjà découvert les exactions de l’unité 731 dans un autre roman, Le projet Shiro de David Khara, et j’avais eu du mal, à l’époque à concevoir l’existence d’un tel programme. Je me demandais quelle était la part de vérité et la part romancée dans le livre.

Après avoir lu L’homme qui mit fin à l’Histoire, je suis horrifiée de voir que quasiment tout semblait vrai. Et présenté ici de manière encore plus cruelle, via le regard de descendants des victimes. Un voyage dans le temps qui leur permet juste de voir souffrir leurs proches sans pouvoir rien y faire…

La forme choisie par Ken Liu est terrible. Ce pseudo-documentaire ajoute encore à l’horreur je trouve. On est propulsés au cœur des événements, de manière alternativement assez froide, quand on lit des rapports, et très poignante, au moment de la lecture des témoignages des voyageurs.

Ce livre est tellement puissant qu’il n’aurait pas fallu qu’il soit trop long, il aurait sûrement beaucoup perdu en densité.

J’ai pris un coup de poing à la lecture de ce texte. C’est violent de réalisme, malgré l’apport de la science-fiction et du voyage dans le temps. C’est violent aussi pour les résonances que les événements peuvent avoir dans notre quotidien. Savoir que dans un sens, nous « bénéficions » tous plus ou moins des horreurs perpétrées par le Japon me rend extrêmement mal à l’aise. C’est aussi inquiétant de voir que nombre de personnes continuent de nier ce qui s’est passé ou tentent de le minimiser.

Un coup de poing et un coup de cœur. Une explosion de sentiments de toutes sortes : horreur, effroi, haine, pitié, souffrance, malaise… Un livre qui m’a clairement sortie de ma zone de confort, mais un livre que je suis contente d’avoir lu. Un livre que vous devez découvrir.

J’ai reçu ce livre dans mon abonnement roman Exploratology du mois de février 2017. Une fois de plus une magnifique découverte.

Je lui ai mis 19/20.

Publicités

2 réflexions sur “L’homme qui mit fin à l’histoire – Ken Liu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s