Neige – Pema Tseden

Neige - Pema Tseden

Neige est un recueil de nouvelles du Tibet de l’auteur et réalisateur Pema Tseden. Il est traduit du tibétain et du chinois. Il est paru en 2012 chez Philippe Picquier.

Résumé :

Avant de devenir cinéaste, Pema Tseden fut d’abord écrivain. Parfaitement bilingue, il écrit en chinois ou en tibétain avec un égal bonheur, mais un même regard traverse les sept récits, choisis ici en accord avec l’auteur lui-même : c’est une plongée dans le monde rural tibétain, profondément imprégné de bouddhisme, ancré dans ses traditions que menace l’entrée violente dans le consumérisme moderne. Loin d’une culture minoritaire et folklorique, ou mystique et idéalisée comme les Occidentaux aiment à la rêver, Pema Tseden nous propose de regarder le Tibet d’aujourd’hui par le truchement d’une langue d’une grande poésie et avec des interrogations proprement tibétaines.

Avis :

Ce livre est plein de poésie, et en même temps il est très ancré dans le réel. Pema Tseden nous emmène au cœur de son pays, le Tibet, et nous en fait découvrir sept facettes à travers sept nouvelles très différentes les unes des autres.

Comme dans tout recueil de nouvelles, même si j’ai dans l’ensemble beaucoup apprécié ce livre, je n’ai pas aimé tous les textes de la même manière.

Je pense que mon préféré est le neuvième homme, qui est à la fois tendre et cruel. Il nous emporte dans le quotidien d’une femme tibétaine, de sa difficulté à vivre son indépendance sans être montrée du doigt, de sa difficulté à trouver l’amour. Beaucoup d’événements de cette histoire pourraient aussi bien se dérouler en occident, j’ai eu l’impression pendant cette lecture que la goujaterie n’avait pas de frontières !

Certaines, comme Tharlo, ou les dents d’Urgyän, ne sont eux au contraire pas transposables à la vie occidentale. Tharlo est un parfait exemple du décalage entre la rigidité de l’administration chinoise et le quotidien de la vie dans les montagnes, qui explique clairement les difficultés d’un pays comme le Tibet de s’adapter à la culture et au fonctionnement de la Chine, du ridicule qui peut être provoqué par certaines situations.

J’ai été très impressionnée par la qualité des différents textes, pourtant écrits à la base dans deux langues différentes, le chinois et le tibétain. Pema Tseden a suffisamment de talent pour pouvoir se le permettre, ce qui est rare. Je tiens aussi à souligner la qualité des traductions de Françoise Robin et Brigitte Duzan, qui transmettent à merveille la poésie de l’auteur.

Faites le tour du monde

J’ai lu ce livre dans le cadre du club de lecture Faites le tour du monde de Cassandra du blog Croque les mots. C’était la lecture de décembre 2016. Ce n’était pas mon premier auteur tibétain (j’ai déjà lu le Dalaï-Lama,bien évidemment), mais j’ai cependant pris plaisir à cette découverte.

Je lui ai mis 18/20.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s