Mille regrets – Vincent Borel

Mille regrets - Vincent Borel

Mille regrets est un roman d’aventure de Vincent Borel publié en 2016 chez Points dans la collection Grands Romans pour la présente édition. Je l’ai reçu dans mon abonnement Exploratology du mois de novembre 2016.

Résumé :

Foisonnant, picaresque, le romande Vincent Borel retrace, sur fond de lutte de pouvoirs entre Charles Quint et Soliman le Magnifique, le destin de trois personnages échappés des galères par la grâce d’un naufrage. Rachetés par le bey d’Alger en 1541, ils connaissent des fortunes diverses. Nicolas Gombert, chantre châtré élève du grand Josquin Desprez, se convertit, un temps, à l’Islam. Son compagnon d’infortune, Garatafas, le beau Turc, favorise la conception de l’héritier impérial à l’occasion d’une scène de séduction digne des Mille et Une Nuits et le pauvre Sodimo di Cosimo, graveur virtuose, devient prisonnier – et travesti – dans une tribu nomade. Mille Regrets, la chanson de Gombert tatouée sur la peau de Garatafas, est au cœur d’un véritable roman d’espionnage. Les trois compères rejoignent à Ratisbonne un Charles Quint déjà en fin de règne. Ils croisent Hernan Cortés, Barberousse, Benvenuto Cellini, Andrea Doria et quelques autres figures d’un XVIe siècle qui fait écho à notre XXIe siècle naissant, gros d’humanisme généreux comme de violences religieuses. Pour observer la vaine agitation des hommes, les dieux sont au balcon. Enchâssant les récits avec brio, Vincent Borel met en scène Allah, Yahvé et Dieu le Père qui, flanqués de divinités antiques, ripaillent et échangent des propos désabusés… Tout ne se termine pas exactement en chansons… mais c’est bien comme une magnifique tentative de déjouer les intégrismes qu’on peut lire Mille Regrets. A la manière d’un roman comique.

Avis :

Ce livre est une ode à l’aventure. On voyage à bord d’une galère sur la méditerranée, puis sur les terres d’Afrique et d’Europe. On rencontre toutes sortes de personnalités hautes en couleur.

J’ai été émue par le chantre castré Nicolas, rebaptisé Nicole par ses détracteurs. Cet homme qui a consacré sa vie à la musique et au chant, avant d’être trahi et de se retrouver condamné aux galères. Le colosse turc Garatafas est impressionnant, et tout aussi attachant par sa grande intelligence et sa grande humanité.

Humanité, c’est d’ailleurs un des premiers mots qui me vient à l’esprit à propos de ce livre. C’est une formidable aventure humaine, au-delà du voyage dans lequel l’intrigue nous entraîne.

Humour aussi, car les dieux, Yahvé, Allah et Dieu le père, se jouent souvent des humains pour leur apprendre le respect de la religion (ou plutôt des religions), et tout simplement le sens de la vie. Ils sont plein d’inventivité dans leurs actions, et s’en est souvent drôle. C’est aussi extrêmement agréable de voir les Dieux agir de concert, alliés pour faire entendre raison aux humains.

J’ai adoré l’écriture de Vincent Borel. On se croirait par moment réellement au XVIème siècle dans le style et le vocabulaire employé, ce qui aide au dépaysement et au voyage. La plume de l’auteur nous propulse dans le temps et l’espace. Mais elle complique aussi parfois la compréhension de l’intrigue, et m’a fait par moments un peu décrocher.

C’est cependant une excellente lecture, alliant aventure, voyage, humanité et humour. Un cocktail surprenant et détonnant.

C’est toujours un bonheur de découvrir de nouveaux horizons littéraires dans mon abonnement Exploratology.

Je lui ai mis 17/20.

Publicités

2 réflexions sur “Mille regrets – Vincent Borel

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s